Gaza: L’appel de l’UE pour un meilleur accès humanitaire ne doit pas se substituer à la pression diplomatique

“Ce qu’il faut, c’est un cessez-le-feu immédiat qui mette fin aux terribles souffrances humaines à Gaza.”
Jeremy Hobbs
Directeur exécutif d’Oxfam International.
Publié le : 30 Décembre 2008

Discussions de l’Union européenne sur la crise de Gaza

L’appel de l’Union Européenne à un meilleur accès humanitaire est bienvenu, mais ne doit pas se substituer à une forte pression diplomatique pour un cessez-le-feu immédiat.

Oxfam a appelé les ministres des affaires étrangères européens à faire tout ce qu’ils peuvent pour améliorer l’accès humanitaire à Gaza, et pousser Israël et le Hamas à se mettre d’accord sur un cessez-le-feu immédiat. L’agence a insisté sur le fait qu’un accord permettant un meilleur accès humanitaire ne doit pas être un camouflage de la faiblesse des efforts diplomatiques destinés à faire cesser la violence.

« L’Union européenne doit immédiatement envoyer son haut représentant Javier Solana dans la région, pour contribuer à négocier un cessez-le-feu durable entre Israël et le Hamas, et garantir la fin du blocus de Gaza.

« Ce qu’il faut, c’est un cessez-le-feu immédiat qui mette fin aux terribles souffrances humaines à Gaza. Ce n’est qu’à ce moment qu’il pourra y avoir un espoir que des quantités suffisantes de matériel humanitaire arrivent jusqu’à ceux qui en ont besoin. C’est simplement beaucoup trop dangereux pour que les gens puissent bénéficier de l’aide, et pour que les humanitaires puissent la leur apporter – et il y a peu de carburant à Gaza pour transporter le matériel. Pour les gens de Gaza, la dernière flambée de violence est un épisode intense de la catastrophe latente qu’ils endurent depuis plus de 18 mois. Un arrêt immédiat de la violence, et du blocus de Gaza, est à tout prix nécessaire », dit Jeremy Hobbs, directeur exécutif d’Oxfam International.