Conférence de Charm el-Cheikh : les rations de survie ne reconstruiront pas Gaza

“La conférence de Charm el-Cheikh ne servira à rien si l'on empêche les fournitures de base de passer.”
Jeremy Hobbs
Directeur d’Oxfam International
Publié le : 1 Mars 2009

Tous les points de passage doivent être rouverts pour permettre la reconstruction, déclare Oxfam International

A l'heure où les pays donateurs se réunissent à Charm el-Cheikh pour financer la reconstruction de Gaza, Oxfam International met en garde : aucune reconstruction n'est envisageable tant qu'Israël maintiendra son blocus et que les biens essentiels ne seront pas autorisés à rentrer.

Oxfam International a en effet révélé que seule une petite partie des matériaux nécessaires à la reconstruction a le droit d'entrer dans la bande de Gaza. Si l'ONG reconnaît l'importance de dégager des fonds à Charm el-Cheikh, elle précise également que cet apport financier n'apportera rien s'il n'est pas accompagné d'une pression sur Israël afin de laisser passer les matériaux de construction et les fournitures scolaires.

Selon Oxfam, les produits alimentaires de base comme les fruits, les produits laitiers, la farine, l'huile et le sucre représentent plus de 80% des biens autorisés à entrer à Gaza. Le robinet a été tout simplement fermé pour le matériel nécessaire à la reconstruction et à l'agriculture, ainsi que pour les vêtements, les chaussures et les fournitures scolaires.

« Depuis plus de 20 mois, la population de Gaza n'a droit qu'à des rations de survie. Et du fait des restrictions imposées aux produits alimentaires, à l'habillement et aux les manuels scolaires, des enfants innocents souffrent de faim et de froid, et ne peuvent aller en classe. Les hôpitaux, les écoles et des milliers d'habitations doivent être reconstruits. Il ne saurait être question de reconstruction sans réouverture de tous les points de passage », déclare Jeremy Hobbs, Directeur exécutif d'Oxfam International. « La conférence de Charm el-Cheikh ne servira à rien si l'on empêche les fournitures de base de passer. Les besoins des Gazaouis vont bien au-delà de l'aide humanitaire basique ».

Pour Oxfam, l'ouverture des points de passage s'impose étant donné le grand nombre de marchandises nécessaires à la reconstruction : matériel agricole, ciment, verre tuyaux en plastique... Le terminal de Karni – point d'entrée le plus stratégique et le plus sophistiqué vers la bande de Gaza – doit être immédiatement rouvert. Alors que la population de Gaza équivaut à celle de la ville de Barcelone, le flux des marchandises reste aujourd'hui encore concentré sur un seul point de passage inadéquat, éloigné et coûteux.

Notes aux rédactions

Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 st1\:*{behavior:url(#ieooui) } /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tabla normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-ansi-language:#0400; mso-fareast-language:#0400; mso-bidi-language:#0400;}

  • L'évaluation des dégâts menée par les Nations Unies fait état de 34.270 habitations partiellement détruites, et de 3.875 maisons nécessitant une reconstruction complète. 
  • 25.110 familles ont besoin de bâches de protection pour créer des abris temporaires, et 8.645 familles doivent être relogées dans des abris de fortune. Ces personnes ont besoin de kits d'hygiène, de couvertures, de matelas, de nattes, de fournitures de cuisine et de fourneaux pendant la reconstruction de leurs habitations.
  • Cela fait plus d'un an qu'Oxfam appelle Israël et les autres parties à rouvrir complètement tous les points de passage vers et depuis Gaza, afin de permettre l'acheminement de l'aide humanitaire, le passage des personnes et des biens commerciaux.