Les filles du camp de Jalozai, province de Nowshera, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa du Pakistan. Crédit: Oxfam
Les installations sanitaires dans les camps sont souvent faibles et déficientes

Pakistan: la crise au n’est pas terminée : 1,3 millions de personnes en péril pour cause d’absence de financement

“La crise est loin d’être terminée et des centaines de milliers de personnes sont encore terriblement dans le besoin”
Caitlin Brady
Présidente du Pakistan Humanitarian Forum
Publié le : 22 Avril 2010

Près d’un an s’est écoulé depuis que plus de trois millions de personnes ont été déplacées à la suite d'opérations militaires déployées dans le nord-ouest du Pakistan et la crise est loin d'être terminée. Plus de 1,3 millions de personnes sont loin de chez elles, totalement dépendantes des secours d’urgence pour leur survie et pourtant, les financements permettant d’assurer cette aide d’urgence s’épuisent, comme l'on rapporté plusieurs grandes organisations d'aide travaillant dans le pays.
La diminution des contributions de la communauté internationale, qui jusqu’à récemment garantissaient plus d'un tiers des fonds nécessaires pour le premier semestre 2010, oblige désormais les organisations humanitaires à fermer des programmes essentiels pour la survie dans la vallée de Swat au Pakistan et dans les régions avoisinantes, ainsi que dans les régions tribales administrées fédéralement (FATA). D’après le Pakistan Humanitarian Forum (PHF pour forum humanitaire pour le Pakistan), pour les personnes qui bénéficient de ces programmes, cela signifie moins d’accès aux services de base comme l’eau, l’hygiène et la santé.
Du mauvais au pire
« La crise est loin d’être terminée et des centaines de personnes sont encore terriblement dans le besoin », expliquait Caitlin Brady, présidente en poste du PHF et directrice national du International Rescue Committee (IRC). ). “Déjà, un grand nombre de personnes ne reçoivent pas l'aide dont elles ont besoin et nous nous voyons obligés de fermer de plus en plus de programmes faute d'argent. »
Certains parmi les déplacés n’ont pas pu rentrer chez eux car des opérations militaires contre les groupes d’opposition armés ont été déclenchées en avril dernier. D’autres ont été déplacées à la suite d’opérations plus récentes, comme les offensives militaires dans les FATA, qui ont contraint plus de 200 000 personnes à fuir leurs maisons.”
.
Certains parmi les déplacés n’ont pas pu rentrer chez eux car des opérations militaires contre les groupes d’opposition armés ont été déclenchées en avril dernier. D’autres ont été déplacées à la suite d’opérations plus récentes, comme les offensives militaires dans les FATA, qui ont contraint plus de 200 000 personnes à fuir leurs maisons.
La situation humanitaire dans les districts comme Hangu, Kahat, Dera Ismail Khan et Tank, ainsi que la Vallée de Peshawar, devient de plus en plus alarmante. Près de 90 pour cent des personnes déplacées doivent louer ou bien être hébergées par des amis ou parents. La plupart des maisons sont partagées entre, 10 familles au maximum avec un accès inadéquat à l’eau, à l’hygiène et à la santé. D’autres séjournent dans des camps souvent surchargés et où les installations de santé et d’hygiène sont médiocres.
"Je n'ai pas de tente pour m'abriter"
Hajra, âgée de 25 ans, a fui les combats dans son village, dans l’agence tribale de Bajaur, à la limite de la frontière afghane. Elle est partie à pied, avec pour seuls biens ce qu'elle portait sur elle, et a pris la direction d’un camp dans la vallée de Peshawar. Une fois arrivée sur place accompagnée de ses deux filles, elle n’a pas pu avoir accès à l’assistance, éprouvant des difficultés à se faire enregistrer. Actuellement, elle ne peut compter que sur le soutien de parents éloignés qui acceptent de partager le peu qu’ils possèdent :
“I Je n’ai pas de tente pour vivre avec ma famille. Nous sommes hébergés par des parents éloignés. Mes enfants ne sont pas en bonne santé et il n’y a pas d’hôpital à proximité. Nous n’avons pas de tente, nous n’avons pas d’endroit où nous coucher, pas de farine ni d’huile. Il n’y a rien ici. Nous avons quitté notre village et tous nos biens.. Et ici nous n'avons reçu aucune aide. Nous sommes obligées de vivre dans les tentes des autres dans le dénuement le plus total.."
Au début de l’année, l’ONU, le gouvernement du Pakistan et les ONG ont lancé un appel aux dons de 537 millions de dollars pour répondre aux besoins des 1,3 millions de personnes déplacées et pour venir en aide aux deux millions de rapatriés afin qu’ils puissent reconstruire leurs vies. Jusqu’à présent, les dons reçus n’atteignent que 170 millions de dollars. Sur ce montant, les États-Unis ont donné près de 100 millions de dollars, tandis que l’ensemble des autres donateurs réunis ont permis de recueillir plus de 60 millions de dollars..
Programs under threat
Compte tenu du manque de financements, les organismes de secours qui travaillent au Pakistan sont contraints de prendre des décisions difficiles. Les programmes menacés sont ::

  • Un projet de santé et de nutrition pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays et les familles qui les accueillent à DI Khan, mis en place par Merlin. Le projet fournit des soins de santé à plus d’un million de personnes, mais il doit s’arrêter à la fin du mois de mai.
  • Un projet d’hygiène et d’assainissement d’urgence (construction de latrines domestiques et distribution de kits d’hygiène) concernant 4 000 personnes déplacées internes à Kohat. Le projet est mis en œuvre par Oxfam qui, pour le maintenir, a puisé dans ses fonds d’urgence. Néanmoins, le projet va devoir fermer à la mi-mai.
  • Un programme de soutien aux moyens de subsistance mis en œuvre par Save the Children à Swat et Bunir, qui vient en aide à 24  000 familles de rapatriés pour les aider à trouver à nouveau un moyen de subsistance..

Notes aux rédactions

  1. DTéléchrgez le rapport d'information (en anglais uniquement): Crisis Far from Over: Millions Still in Need of Assistance as Funds Dry Up
  2. Le Fonds central d’intervention rapide de l’ONU a fourni 10 millions de dollars pour la réponse. Les autres donateurs ont fourni un peu plus de 60 millions de dollars tous réunis : 18 millions du Royaume-Uni (44 % de moins par rapport à sa contribution de l’année dernière),:
    • $ars pour la réponse. Les autres donateurs ont fourni un peu plus de 60 millions de dollars tous réunis : 18 millions du Royaume-Uni (44 % de moins par rapport à sa contribution de l’année dernière),
    • 19 millions de dollars (34 % de moins) du Japon,
    • $11,5 millions de dollars de la Direction Générale de l’aide humanitaire de la Commission européenne (83 % de moins),
    • 6,4 millions de dollars du Canada (77 % de moins),
    • $2 millions de l’Allemagne (92 % de moins)),et
    • 1,8 millions de dollars de la Finlande.
    • La France, la Suisse et le Luxembourg se sont chacun engagés à fournir entre 700 000 $ et un peu plus d’un million de $. D’autres donateurs, qui avaient fait des contributions significatives lors de l’appel aux dons de l’année dernière, les Émirats Arabes Unis, la Norvège, l’Australie, l’Espagne et l’Italie, n'ont pas encore fourni leur contribution pour l’aide humanitaire au Pakistan en 2010
  3. Des Séquences filmées de qualité *Broadcast* tournées à Jalozai, Bunir et Swat (entre le 8 et le 12 avril), les séquences comprennent des interviews avec des personnes déplacées et la présidente du Forum humanitaire pour le Pakistan, Caitlin Brady, directrice nationale en poste du International Rescue Committee. Téléchargables via https://drop.io/pakistanupdates (password ‘pakistanupdates’) or email the PHF at phf.policy@gmail.com.
  4. MLes membres du Pakistan Humanitarian Forum sont : ACTED (Agency for Technical Cooperation and Development) ; Action Against Hunger (ACF) Pakistan ; Action Aid Pakistan ; American Refugee Committee ; Catholic Relief Services ; Care International ; CESVI Pakistan ; Church World Service Pakistan/Afghanistan ; Concern Worldwide ; Cordaid Pakistan ; Emergency Resource Centre ; Focus Humanitarian Assistance Pakistan ; Handicap International ; HAP International ; Helping Hand for Relief And Development ; International Catholic Migration Commission ; The International Rescue Committee ; International Relief and Development ; Islamic Relief ; Medical Emergency Relief International (Merlin) ; Malteser International ; Médecins du Monde Pakistan ; Mercy Corps ; MSF Holland ; Muslim Hands International ; Oxfam Novib ; Oxfam GB ; Plan Pakistan ; Qatar Charity ; Relief International ; Swiss Agency for Development and Cooperation ; Save the Children ; Shelter for Life ; Tearfund ; Trocaire ; World Vision Pakistan.