VIH/SIDA: Les donateurs ignorent les préservatifs féminins

“Nous ne pouvons pas compter sur nos partenaires pour nous sauver la vie.”
Carol Nawina Nyrienda
Coordinatrice nationale de la CITAM+ en Zambie
Publié le : 22 juillet 2010

A la Conférence internationale sur le SIDA des militantes pour la santé sexuelle des femmes ont critiqué le manque de financement et de soutien politique des donateurs et gouvernements internationaux en ce qui concerne les préservatifs féminins. Ces préservatifs sont un outil essentiel – initié par les femmes – dans la lutte contre l’épidémie VIH.

« Si vous avez l’accès aux préservatifs féminins vous pouvez protéger votre partenaire, et si vous avez le VIH vous pouvez vous protéger de la réinfection et de la grossesse non souhaitée », a expliqué Carol Nawina Nyrienda, coordinatrice nationale pour la CITAM (Initiative communautaire pour la tuberculose, le VIH/SIDA et le paludisme) en Zambie.

Nyrienda qui a été infectée du VIH par son mari, a souligné le besoin d’un moyen de protection initié par les femmes. « Nous ne pouvons pas compter sur nos partenaires pour nous sauver la vie », a-t-elle dit.

Des femmes partout dans le monde ont exprimé une demande pour le préservatif féminin. Et pourtant les donateurs et gouvernements ont toujours à fournir le financement et le soutien correspondants pour ce programme. Bien que le gouvernement des Etats-Unis a augmenté son investissement dans le préservatif féminin, des ressources plus substantielles sont nécessaires pour accomplir une approche au VIH/SIDA concentrée sur les femmes, ont noté les activistes pour la santé des femmes.

« On trouve en Afrique sub-saharienne une véritable travestie » a déclaré Lucie van Mens, coordinatrice du Programme Conjoint pour l’Accès universel aux préservatifs féminins, dans lequel Oxfam est un partenaire. « Les femmes constituent environ 60 pourcent des adultes qui vivent avec ce virus, et pourtant les préservatifs féminins ne sont disponibles que dans la proportion d’un par an pour 300 femmes. Nous devons aborder l’épidémie VIH/SIDA en pensant aux femmes, et les préservatifs féminins en sont un élément critique. »

« Les préservatifs féminins ont une importance vitale dans la lutte contre le VIH et le SIDA, surtout en donnant aux femmes le pouvoir de prendre l’initiative en ce qui concerne leur propre santé sexuelle », a dit Jim Clarken, chef de la délégation d’Oxfam à la Conférence internationale sur le SIDA.

A la conférence de presse les militantes pour la santé des femmes ont dit qu’il faut encore plus d’études et de développement afin de diversifier la gamme des produits disponibles sur le marché et en réduire les coûts.

En savoir plus

Voir la vidéo : Le préservatif féminin existe pour perdurer !

Téléchargez le rapport : Négliger les femmes et ne pas assurer leur protection: Quinze ans de perdus dans l’accès au préservatif féminin

Contacts

Nicole Johnston, +27 82 468 1905, njohnston@oxfam.org.uk