Libéria : Oxfam exige l'attention de la communauté internationale en faveur des refugiés de Côte d'Ivoire

“Les combats s’étendent à plusieurs villes de Côte d’ivoire et le risque est très important de voir un plus grand nombre de refugiés. Mais en dépit de la gravité de la situation, cette crise n'attire pas l'attention et le financement qu’elle mérite.”
Chals Wontewe
Directeur d'Oxfam au Libéria
Publié le : 21 Mars 2011

Oxfam interpelle la communauté internationale sur la crise des réfugiés, à l’ occasion de la visite du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Antonio Guterres, au Libéria. 

L’organisation internationale Oxfam accueille favorablement cette visite du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Antonio Guterres, tout en lançant un appel à la communauté internationale à accorder davantage d'attention à l’aggravation de la crise des réfugiés dans ce pays.

Selon l’ONU, le mois dernier jusqu'à 46 000 réfugiés ont fui vers le Libéria en raison de la poursuite des violences politiques en Côte d'Ivoire. Ils viennent s’ajouter à des dizaines de milliers d’autres refugiés déjà sur place. Quelque 1,3 million de personnes vivent le long de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Libéria et la poursuite des combats pourrait pousser plusieurs d’entre eux à fuir.

Oxfam demande au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés d’interpeller les donateurs pour qu'ils financent l’aide pour faire face à cette crise. A ce jour, l'appel de l'ONU n’a obtenu qu’un quart des fonds requis, et un déficit de financement pourrait entrainer l’incapacité des organisations à faire face aux flux de réfugiés à venir. 

Chals Wontewe, directeur d'Oxfam au Libéria, a déclaré : "Nous espérons que cette visite placera sur le devant de la scène cette crise, qui se déroule sous les yeux de la communauté internationale. Les combats s’étendent à plusieurs villes de Côte d’ivoire, et le risque est très important de voir un plus grand nombre de refugiés. Mais en dépit de la gravité de la situation, cette crise n'attire pas l'attention et le financement qu’elle mérite".

L’organisation internationale invite aussi le Haut Commissaire des Nations Unies à prendre des mesures pour que les refugiés qui souhaitent se rendre dans les camps au Libéria puissent le faire. 

M. Wontewe poursuit : "Les zones frontalières sont dangereuses et les conditions de vie y sont désespérément mauvaises. Il y a un besoin urgent de transport pour aider les refugiés à accéder aux camps à l’intérieur du Libéria, où de la nourriture et des abris peuvent être fournis. Et cela doit être organisé avant le début de la saison des pluies et l’arrivée d’une nouvelle vague de refugiés, ce qui rendra le défi encore plus difficile à relever".

La majorité des réfugiés sont hébergés dans des familles d'accueil à proximité de la frontière, mais les conditions de vie des réfugiés sont mauvaises, la plupart manquent d'abris, d'eau potable et d'installations sanitaires de base. Parmi les dizaines de milliers de réfugiés au Libéria, à peine 1 700 personnes se sont rendues dans le premier camp, à Bahn.

Le mauvais état des routes et le manque de transport sont les principaux obstacles à l’acheminement des réfugiés jusqu’au camp.

La semaine dernière, Oxfam a transporté par voie aérienne des secours pour 70 000 personnes au Libéria. Ces équipements et secours sont acheminés aux comtés de Nimba, Grand Guedeh, et Maryland, où Oxfam a démarré des activités d'acheminement d'eau potable, d’hygiène et d'assainissement en réponse à cette crise. Oxfam prévoit également venir en aide aux familles qui accueillent les réfugiés en les approvisionnant en nourriture.

Notes aux rédactions

1. Au Libéria, en plus des 77 000 réfugiés, il y a également les quelque 370 000 personnes déplacées à Abidjan et dans l’ouest de la Côte-d'Ivoire.

2. Le dernier plan d'urgence des Nations Unies rapporte que 250 000 réfugiés, en provenance de la Côte d'Ivoire, pourraient fuir vers le Libéria.

3. Les Nations Unies ont demandé 120 millions de dollars pour faire face à la crise des refugiés, mais moins d’un quart de cette somme est actuellement disponible jusque-là.

4. Oxfam aide à éliminer la pauvreté dans le monde avec succès. L’année dernière 17 millions de personnes ont été touchées dans 62 pays. A travers le monde, des millions de personnes font face à une pauvreté extrême à cause de la crise économique.

Contacts

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

  • Charles Bambara à Dakar : +221 33 8593722 / +221 77 639 4178 / cbambara@oxfam.org.uk 
  • Louis Belanger à New-York : +1 917 224 0834 / louis.belanger@oxfaminternational.org 
  • Olivier Germain au Libéria : +23177916323 / ogermain@oxfam.org.uk
Permalink: http://oxf.am/Zb8