Helena Christensen photographier Mez à Kakuma. Crédit: Drew Doggett/Oxfam

Du Nord du Kenya en pleine sécheresse, l’ambassadrice d’Oxfam Helena Christensen se joint au dernier appel à l’action contre le changement climatique à Durban

“Il est scandaleux que certains des pays les plus puissants et les plus pollueurs, tels que les États-Unis, entravent toute véritable avancée qui pourrait empêcher que des millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim, en Afrique et ailleurs.”
Helena Christensen
Ambassadrice Mondiale pour Oxfam
Publié le : 9 Décembre 2011

Quelques heures seulement avant la conclusion de la conférence de l’ONU sur le climat qui se tenait à Durban (Afrique du Sud), Helena Christensen, photographe et ambassadrice mondiale pour Oxfam, exhorte les ministres à sceller un accord favorable aux personnes les plus pauvres du monde, qui subissent d’ores et déjà les conséquences du changement climatique.

Helena travaille actuellement sur un projet Oxfam à Turkana, dans le Nord du Kenya, l’une des nombreuses régions de la Corne de l’Afrique touchées par une intense sécheresse mettant en danger la vie de plus de 13 millions de personnes. Elle y constate directement l’impact des événements météorologiques extrêmes dont la fréquence et l’intensité croissantes en raison du changement climatique menacent d’accroître l’insécurité alimentaire pour les communautés pastorales à l’heure où le cours des denrées alimentaires et du carburant monte en flèche.

« Après avoir passé ces derniers jours à parler avec des pasteurs qui subissent de plein fouet l’impact des sécheresses persistantes, il me semble clair que les ministres réunis à Durban doivent répondre aux appels urgents pour combattre le changement climatique. Il est scandaleux que certains des pays les plus puissants et les plus pollueurs, tels que les États-Unis, entravent toute véritable avancée qui pourrait empêcher que des millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim, en Afrique et ailleurs », explique Helena Christensen.

« J’ai rencontré Kiyonga, une femme de 64 ans qui comptait sur ses vaches et ses chèvres pour nourrir sa famille. Malheureusement, la sécheresse a tué tous ses animaux si bien qu’elle a dû abandonner son village et tout son mode de vie. Elle survit aujourd’hui en cultivant des céréales mais elle se trouve à la merci de l’évolution dévastatrice des conditions météorologiques. »

« Ce qui préoccupe le plus Kiyonga, c’est de ne pas pouvoir envoyer ses enfants et petits-enfants à l’école pour leur offrir un avenir meilleur. Elle utilise le peu d’argent qu’elle gagne pour acheter des denrées alimentaires de première nécessité. Elle aussi, comme beaucoup d’autres mères, m’a parlé du prix du maïs qui a doublé au cours des douze derniers mois. »

« Michael, un homme aveugle âgé de 53 ans, m’a expliqué les difficultés que rencontre sa communauté à Lokore, où la population se heurte à deux immenses problèmes : l’augmentation du prix des denrées alimentaires et le changement climatique. »

« Ce sont les personnes comme Kiyonga et Michael qui ont un besoin urgent de bénéficier des financements que les pays riches ont promis il y a deux ans aux pays les plus pauvres, au cours du Sommet de Copenhague. À Durban, les ministres doivent trouver les moyens de concrétiser ces promesses. »

Selon Tim Gore, responsable du changement climatique chez Oxfam, nous fait part de sa réaction, « les pays riches doivent honorer sans plus tarder leurs promesses de financements pour aider les pays pauvres à s’adapter au changement climatique et à poursuivre un développement sobre en carbone. Dans l’intérêt des populations les plus pauvres du monde, dont les vies sont déjà dévastées par les impacts du changement climatique, les pays doivent s’entendre au plus vite sur les nouvelles sources de financement durable qui alimenteront le Fonds vert pour le climat. L’une des solutions serait d’instaurer une taxe sur le transport maritime, qui permettrait de garantir que ce Fonds ne demeure pas une coquille vide. »

En savoir plus

Sommet 2011 sur le changement climatique, Durban (Afrique du Sud) 

Notes aux rédactions

Pour télécharger les photos : http://wordsandpictures.oxfam.org.uk/?c=10432&k=5b0e171ebd

Pour télécharger les séquences filmées : http://bit.ly/szWeBT

C’est la troisième fois que la photographe et top modèle Helena Christensen voyage pour Oxfam. Il y a deux ans, elle s’était déjà rendue au Népal et au Pérou et avait aussi assisté à la Conférence sur le climat de Copenhague pour exhorter les dirigeants à agir. Plus d’informations sur : http://www.oxfam.org/en/about/ambassadors/helena-christensen.

Contacts

Au Kenya : Angela Corbalan : + 32 473 56 22 60 / angela.corbalan@oxfaminternational.org
En Afrique du Sud (Durban) : Georgette Thomas : +44 (0)7824 503108 / +27 81 5820726 / GThomas@oxfam.org.uk

Permalink: http://oxf.am/opw