Réaction aux commentaires de N. Sarkozy et J.M. Barroso lors de la conférence sur les produits de base et matières premières

Publié le : 14 Juin 2011

Oxfam réagit aux commentaires de Nicolas Sarkozy et Jose Manuel Barroso lors de la conférence BEPA sur les produits de base et matières premières

Le président de la République française Nicolas Sarkozy et le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso ont aujourd'hui pris la parole lors da la conférence BEPA sur les produits de base et matières premières à Bruxelles, une semaine avant la réunion des ministres agricoles du G20 en France.

Luc Lamprière, directeur d'Oxfam France, déclare :

"A Bruxelles, aujourd'hui, le Président français a une nouvelle fois renouvelé son appel en faveur d'une régulation des marchés dérivés des matières premières. Afin que ces marchés fonctionnent dans l'intérêt des producteurs et des consommateurs, il est en effet urgent d'agir. Mais à une semaine du G20 agricole, les propositions concrètes manquent toujours."

"Le Président Barroso n'a toujours pas pris la mesure du problème. La Commission européenne doit proposer des réformes pour assurer une transparence maximale des marchés financiers européens et pour prévenir une spéculation excessive sur les matières premières."

"La spéculation financière menace le droit à l'alimentation de centaines de millions de personnes dans les pays en voie de développement qui sont exposées directement à l'extrême volatilité des prix des denrées alimentaires sur les marchés mondiaux."

Oxfam appelle l'UE à faire de la sécurité alimentaire mondiale une priorité dans tous ses domaines de compétence et à prendre le leadership en la matière au sein du G20 et des institutions internationales.

Pour prouver au reste du monde sa volonté d'agir, l'UE devrait sans plus tarder  : 

  • réguler les marchés financiers afin de combattre la volatité et l'envolée des prix des denrées alimentaires ;
  • supprimer les objectifs contraignants et les subventions destinées à promouvoir les biocarburants, qui aggravent la volatilité des prix alimentaires et poussent à l'accaparement des terres dans les pays en développement ; 
  • investir davantage dans le soutien aux 500 millions de petits exploitants agricoles dans les pays en développement, qui à eux seuls nourrissent un tiers de l'humanité ;
  • montrer l'exemple en matière de lutte contre le changement climatique et ses impacts sur la production alimentaire mondiale.

Pour plus d'information, voir la note d'information Oxfam Éviter la prochaine crise alimentaire mondiale : l'Union européenne et la justice alimentaire dans un monde aux ressources limitées

Contacts

Si vous souhaitez obtenir de plus amples informations, merci de bien vouloir contacter Angela Corbalan par téléphone +32 473 56 22 60 ou courriel angela.corbalan@oxfaminternational.org

Permalink: http://oxf.am/4wF