Sommet de l’ONU sur les OMD : plus un mirage qu’un sommet

Publié le : 23 Septembre 2010

Emma Seery, porte-parole d'Oxfam, nous fait part de ses commentaires :

« Ce sommet n'a été qu'un mirage. De loin, les promesses paraissaient belles mais leurs détails sont difficiles à distinguer et, alors que les personnes les plus pauvres du monde ont plus que jamais besoin d'aide, il est possible que les engagements pris ne se matérialisent jamais. »

« Les dirigeants se sont réjouis des sommes débloquées pour la santé mondiale, mais ils ont oublié de reconnaître leur inaptitude collective et désastreuse à atteindre leurs objectifs en matière d'aide, mettant quotidiennement en danger la vie de femmes et d'enfants. Alors qu'il ne reste plus que cinq courtes années avant la date-butoir des Objectifs du Millénaire pour le Développement, un autre sommet mondial s'est déroulé et les personnes pauvres dans le monde attendent toujours de voir les choses changer dans leur vie. Nous avons besoin de savoir comment les sommes promises seront rassemblées, et le travail commence aujourd'hui. »

« Une lueur d'espoir est toutefois apparue au cours du sommet, lorsque les présidents Sarkozy et Zapatero ont lancé un appel en faveur d'une taxe sur le secteur financier pour financer le développement. Mais il faudra que d'autres grandes puissances économiques telles que l'Allemagne et le Royaume-Uni se joignent à cet appel, afin de ne pas rater la chance de réunir des milliards supplémentaires qui pourraient aider à sauver la vie d'un plus grand nombre de mères et envoyer un plus grand nombre d'enfants à l'école. »

Sur la stratégie mondiale pour la santé :

« La stratégie mondiale pour la santé annoncée par Ban Ki Moon, Secrétaire-général de l'ONU, est la bienvenue dans la mesure où elle permet d'unir les efforts des donateurs, des institutions mondiales, des pays en développement, du secteur privé et des agences de développement en vue d'atteindre les OMD relatifs à la santé.

« Il est grand temps que les leaders mondiaux attirent l'attention sur la condition des femmes et des enfants qui meurent inutilement chaque jour, et qu'ils s'engagent envers un plan mondial pour la santé. Mais il existe toujours le risque que les sommes substantielles promises pour la santé infantile et maternelle ne soient rien d'autre qu'une illusion, à moins que les donateurs joignent l'acte à la parole. Les personnes pauvres aimeraient savoir d'où ces sommes supplémentaires sont sensées venir. »

« Nous sommes heureux de voir les pays pauvres s'engager à former plus d'infirmières et de sages-femmes et de rendre les soins de santé gratuits afin que les personnes les plus pauvres ne soient pas exclues de la salle d'attente. Mais ces pays doivent se porter responsables, devant leur population, de transformer cet engagement en réalité. »

Sur le Président Obama :

« Les États-Unis font ce qu'ils doivent faire pour combattre la corruption en exigeant de toutes les compagnies pétrolières, gazières et minières enregistrées aux États-Unis de révéler tout paiement versé à tout gouvernement dans le monde. Les autres pays doivent suivre le mouvement, afin de libérer des milliards de recettes issues des ressources naturelles et aider les pays à atteindre leurs objectifs de réduction de la pauvreté. »

« Aujourd'hui, Barack Obama a pris pour cible les riches entreprises dont les pratiques d'évasion fiscale nuisent aux personnes les plus pauvres. Il a demandé que des réglementations plus sévères soient appliquées de partout, et il devra porter ce message devant le G20, qui se tiendra plus tard cette année, pour en faire une priorité mondiale. »

Contacts

En savoir plus sur :