L'inaction tue

L'urgence d'un traité efficace sur le commerce des armes

Le 6 décembre 2006, l'Assemblée générale des Nations Unies s'est prononcée pour la première fois « en faveur d'un traité sur le commerce des armes » pour protéger les populations civiles du monde entier contre tout transfert irresponsable d'armes.

Pendant presque trois ans, les Etats ont débattu de la forme et du contenu à donner à ce traité. Sur cette même période, ce sont environ 2,1 millions d'hommes, de femmes et d'enfants qui sont morts des suites de la violence armée. Plusieurs millions de personnes ont été blessées, forcées à se déplacer ou se sont appauvries. Si un traité efficace sur le commerce des armes avait été mis en place, régulant la circulation des armes à travers le monde, cette tragédie aurait pu être considérablement atténuée.

Pour Oxfam, les Etats doivent placer en première ligne de leur agenda diplomatique le besoin d'un accord sur un tel traité. Tout traité frileux est inutile : seul un traité fort sur le commerce des armes est à même de faire la différence. Ce traité fondamental ne peut plus attendre.

Recommendations

  • Avant fin 2009, l'Assemblée générale des Nations Unies doit voter l'ouverture des négociations en 2010 en vue de trouver un accord pour un traité efficace sur le commerce des armes.
  • Elle doit prévoir un temps suffisant pour les négociations en 2010 et 2011 et présenter ses conclusions lors d'une conférence internationale courant 2012.
  • Tout au long de ce processus, les Etats doivent négocier pour s'assurer que le traité permettra d'interrompre tout transfert irresponsable d'armes et de sauver des vies.