Faim dans le monde : les ministres de l’Agriculture du G8 reconnaissent leur échec

Pour Oxfam international, les représentants politiques ont reconnu à la clôture du G8 agricole en Italie hier qu’ils ne pourraient probablement pas tenir leurs promesses : réduire de moitié le nombre de victimes de la faim dans le monde d’ici à 2015.

Pour Chris Leather d’Oxfam international, "L’aveu des ministres du G8 est une reconnaissance inattendue de leur échec collectif. Cela aurait était perçue comme une grave offense dans un autre domaine. Le G8 abandonne aujourd’hui un milliard de personnes affamées dans le monde."

Ce sont désormais les ministres du développement du G8 qui doivent se réunir à la fin du mois de mai, et qui devront faire des propositions concrètes pour s’attaquer à la crise alimentaire. Leurs propositions devront être acceptées par les chefs d’état qui se réuniront en juillet prochain. Pour Chris Leather « les leaders des pays les plus riches du monde devront prendre des décisions concrètes pour remédier à la fin dans le monde, lors de leur prochaine rencontre en juillet, et mettre un terme aux effets d’annonce ».

Le communiqué final du G8 agricole déclare que le monde « est très loin d’atteindre » l’objectif des Nations Unies de réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de manière chronique de la faim d’ici à 2015. Pour la première fois les ministres sous-entendent clairement ne pas pouvoir atteindre l’un des huit Objectifs du Millénaire pour le Développement sur lesquels 192 pays se sont engagés.

En raison de la hausse brutale des prix des produits alimentaires, 150 millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim depuis l’année dernière, portant le total à près d’un milliard d’individus. Sans une action urgente, ce nombre va continuer à augmenter rapidement sous l’effet de la crise économique mondiale et des changements climatiques.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a appelé les dirigeants mondiaux à éradiquer la faim dans le monde d'ici 2025. Or, fixer un nouvel objectif ne fera aucune différence tant que les pays riches ne respecteront pas leurs promesses.

Oxfam international appelle les pays du G8 à adopter une convention internationale  juridiquement contraignante, visant à l'éradication de la faim. Il n'existe aucun moyen à l'heure actuelle pour contraindre les gouvernements à respecter leurs engagements. Dans un monde il existe des moyens de lutte contre la faim dans le monde, un engagement international juridiquement contraignant obligerait les gouvernements à rendre des comptes face à leurs citoyens, et à justifier de leur incapacité à empêcher que des gens ne meurent de faim.

Oxfam se félicite de l'engagement du G8 en faveur de l’agriculture et de la nécessité d'accroître la production alimentaire des agriculteurs pauvres dans les pays en développement. Oxfam appelle les pays du G8 à s’engager dans la mise en place d'ambitieuses politiques alimentaires et agricoles dans les pays pauvres, qui permettra d’accroître la production alimentaire et de protéger les plus pauvres contre la sécheresse, les inondations, et la volatilité des marchés.

Notes aux rédactions

Contact