La crise du Pakistan est à l’origine du plus grand déplacement interne de personnes de l’histoire

Oxfam double ses efforts d’aide

L’organisation internationale Oxfam a dit aujourd’hui qu’elle devait doubler ses efforts d’aide au Pakistan après que le nombre de personnes déplacées ait franchi le cap des 2 millions et transformé cette crise en le plus grand déplacement de personnes de toute l’histoire du pays.

L’organisation avait initialement prévu un programme de 2,2 millions de livres sterling visant à assister 175 000 personnes. Aujourd’hui, face à l’augmentation du nombre de personnes en attente d’une aide d’urgence, Oxfam a accru ses efforts en dotant son programme de 5,3 millions de livres sterling destinées à fournir de l’eau potable, des services sanitaires, de la nourriture et des informations relatives à l’hygiène publique à 360 000 personnes.

« Nous avons vu des milliers de familles continuer à fuir leurs foyers, bon nombre d’entre elles devant parcourir de longues distances à pied pour trouver de la nourriture, de l’eau, des médicaments, un abri et autres produits de première nécessité. Cette crise s’est désormais transformée en une crise humanitaire de grande ampleur. Nous n’avions auparavant jamais vu un si grand nombre de personnes fuir un conflit au sein du Pakistan. Les autorités pakistanaises et les organisations d’aide se trouvant déjà à la limite de leurs capacités, une nouvelle vague de déplacements pourrait transformer la crise en une catastrophe », a dit Neva Khan, la Responsable du Pakistan d’Oxfam.

Depuis le début des combats en avril, plus d’1,5 millions de personnes ont fui leurs foyers, amenant ainsi le nombre total de personnes déplacées par le conflit à plus de 2 millions depuis le mois d’août dernier. Selon les estimations, près de la moitié de ces personnes déplacées sont des enfants.

Les conditions restent extrêmement difficiles dans les camps officiels, notamment en raison des pénuries de produits de première nécessité, tels que l’eau, les installations sanitaires, les abris et les soins sanitaires.

La plupart des personnes déplacées sont hébergées par des familles d’accueil, et un grand nombre d’entre elles vivent dans des refuges provisoires, tels que des écoles ou des camps de fortune. Oxfam est préoccupée par les personnes hébergées par des familles d’accueil. Elles sont moins visibles que les personnes vivant dans les camps, et des efforts particuliers doivent être déployés en vue de répondre à leurs besoins urgents et s’assurer qu’elles ne sont pas négligées. Les conditions de vie dans les camps de fortune sont très mauvaises.

Ces camps sont dispersés aux quatre coins de la région, ce qui rend l’acheminement de l’aide plus difficile, mais les organisations et habitants locaux apportent généreusement leur aide. Les femmes et les filles déplacées sont particulièrement vulnérables quel que soit l’endroit où elles se trouvent.

Notes aux rédactions

Contact