Ethiopie : Oxfam demande un changement radical de l’aide alimentaire

25 ans après la famine de 1984, l’agence demande aux gouvernements d’aller au-delà de l’aide alimentaire.

L’agence internationale d’aide Oxfam a lancé aujourd’hui un appel pour un changement radical dans la façon de réagir aux crises alimentaires mondiales en Ethiopie et ailleurs.  L’agence a critiqué ce qu’elle appelle une « réaction reflexe » aux crises alimentaires, principalement l’envoi de nourriture.  Oxfam reconnaît que cette approche sauve des vies mais, sa prévalence n’offre pas de solution à long terme qui pourrait rompre le cycle chronique de ces crises.

Dans un rapport intitulé « Au-delà du "Band Aid" : Gestion des catastrophes en Éthiopie 25 ans après la famine », publié aujourd’hui à l’occasion du 25ème anniversaire de la famine de 1984 en Ethiopie, Oxfam déclare que les donateurs internationaux doivent adopter une nouvelle approche aux crises humanitaires.  Cette stratégie doit être centrée sur la préparation des communautés pour empêcher et faire face aux désastres tels que la famine avant qu’ils n’arrivent, plutôt que de dépendre de l’aide d’urgence à court terme sous forme de denrées alimentaires.

Il y a 25 ans l’Ethiopie a souffert l’une des pires famines de son histoire. Environ un million d’habitants en sont morts, et encore des millions ont souffert de faim extrême et de malnutrition.  A l’heure actuelle des millions de personnes en Ethiopie et à travers l’Afrique de l’Est se trouvent devant un grand manque d’eau et de nourriture, suite à des années d’insuffisance de pluie. Selon nos calculs, la sécheresse coûte à l’Ethiopie $1.1 milliard par an—presque plus que le montant total de l’assistance annuelle venant au pays de l’étranger.

A présent, 70 pourcent de l’aide humanitaire à l’Ethiopie vient des Etats-Unis. Des $3.2 milliards d’assistance humanitaire donnés à l’Ethiopie depuis 1991, 94 pourcent a consisté d’aide alimentaire. Presque tous ces comestibles sont d’origine américaine plutôt qu’achetés localement ou régionalement.  La plupart de l’aide alimentaire américaine est contrainte par des limitations [législatives] sur le transport et l’emballage, ce qui peut coûter aux contribuables jusqu’à $2 pour chaque dollar d’aide livrée.

Penny Lawrence, directrice internationale pour Oxfam qui revient d’une visite aux projets de l’agence en Ethiopie, a déclaré :

« Nous ne pouvons pas faire venir la pluie, mais nous pouvons faire bien davantage pour rompre le cycle de désastre résultant de la sécheresse en Ethiopie et dans la Corne d’Afrique. L’assistance alimentaire offre un soulagement provisoire et a maintenu les gens en vie dans beaucoup de situations de crises, mais cela n’attaque pas les causes fondamentales qui rendent la population vulnérable au désastre une année après l’autre.

« Les donateurs doivent changer de stratégie, nous aider à donner aux communautés les outils pour  agir avant même que les désastres ne frappent.  La sécheresse ne signifie pas toujours la faim et la destitution. Si les communautés disposent d’irrigation pour les récoltes, des réserves de grains, et des puits pour capter les eaux de pluie, alors elles pourront survivre malgré ce que les éléments leur versent dessus. »

Il est essentiel que les donateurs relèvent le défi en fournissant des fonds adéquats pour l’assistance d’urgence devant la crise de cette année. La réponse actuelle des donateurs internationaux est bien en-dessous des besoins énumérés par les gouvernements et les agences des Nations Unies. Mais Oxfam insiste, dans ce rapport, qu’il est également essentiel de faire davantage pour soutenir les programmes qui préviennent les risques de désastre avant qu’il n’arrive—tels que les systèmes d’avertissement ; la création des stocks de nourriture, de médicaments et d’autres fournitures ; et des programmes d’irrigation.

Par exemple, Oxfam construit en Somalie des birkhads, des puits protégés qui permettent aux communautés de « récolter » la pluie pendant la saison pluvieuse, afin d’assurer qu’il y aura de l’eau à proximité lors de la cessation des pluies. Ce genre de programme ne reçoit que 0.14 pourcent de l’aide étrangère. Et pourtant il s’agit, selon l’agence, d’une approche plus durable puisqu’elle est conçue pour contribuer au développement et à la sécurité des communautés dans les années à venir. Cette approche est aussi rentable : pour chaque dollar investi de cette façon, $2-$4 reviennent sous forme d’impacts de désastre évités ou réduits.

Cet appel aux donateurs pour une stratégie différente vient au moment où l’Ethiopie se trouve devant des menaces croissantes de catastrophes naturelles. Jusqu’en 2034, année du 50 ème anniversaire de la famine de 1984, les scientifiques étudiant le climat préviennent que la sécheresse deviendra normale en Ethiopie, frappant la région trois années sur quatre.  Il faut changer d’approche à l’aide pour empêcher que chaque impact du climat devienne un désastre qui poussera encore plus de personnes dans la pauvreté.

Penny Lawrence a ajouté : « Le changement climatique rend cette stratégie plus urgente que jamais.  Les Ethiopiens sur les premières lignes du changement climatique ne peuvent pas attendre encore 25 ans pour que le bon sens soit traduit en bonnes pratiques. »

Télécharger le rapport: Au-delà du "Band Aid" : Gestion des catastrophes en Éthiopie 25 ans après la famine

Dons

Un appel aux dons a été lancé par Oxfam Grande-Bretagne, et Oxfam Irlande

Vous pouvez nous aider à financer notre travail d’urgence en faisant un don au fond général d’urgence de votre Oxfam le plus proche. Votre argent servira à financer notre travail d’urgence qui s’étend à travers le monde.

Notes aux rédactions

1. Des exemples de programmes pour gérer le risque des désastres :

Construction des birkhads, des puits protégés, qui permettent aux communautés de « récolter » la pluie pendant la saison pluvieuse, afin d’assurer qu’il y aura de l’eau  disponible à proximité lors de la cessation des pluies.  Oxfam fait ce genre de travail dans la région Somali d’Ethiopie.

Echanges « nourriture pour travail » ou « travail payé comptant ». Par exemple, pendant le manque de nourriture dans la région de Tigray [fr. Tigré ?] les habitants ont reçu de la nourriture en échange de leur travail sur un projet d’irrigation.  Comme résultat de ce programme, la communauté peut compter sur une source d’eau plus stable pour ses récoltes.

« Micro-assurances » qui versent des indemnités aux agriculteurs si leurs récoltes échouent, ce qui leur fournit de l’argent pour acheter de la nourriture.  Oxfam a  crée un programme de micro-assurance pour 200 foyers dans le Tigray.

2. Oxfam a plusieurs porte-paroles disponibles pour des interviews, y compris du personnel actuellement en Ethiopie ; des travailleurs d’assistance qui étaient sur place lors de la réponse à la famine de 1984 ; et les directeurs internationaux et régionaux d’Oxfam, revenus récemment des régions touchées par la sécheresse.

Contact