Village palestinien ainsi que des provisions détruits par l’armée israélienne

Oxfam demande que le gouvernement israélien compense les habitants

Oxfam a fait appel au gouvernement israélien le 24 juillet, qu'il compense les villageois d'Al Farisiya sur la Cisjordanie pour la destruction de 79 structures, ce qui a poussé des familles dans un appauvrissement plus profound après des années de harcèlement. Des maisons, des écuries, des entrepôts, des citernes d'eau, et deux tonnes de fourrage, d'engrais et de blé ont été détruits.

Une évaluation initiale des dégâts conduite par Oxfam avec d'autres ONG de développement travaillant dans la region, a établi que la destruction a touché 113 Palestiniens parmi les plus pauvres du coin, et dont la moitié sont des enfants.

Le coût global des dégâts au village est de $29.000 US environ, y compris l'endommagement des citernes d'eau etr des tuyaux d'irrigation fournis par Oxfam.

« On dirait qu'un désastre naturel avait frappé la pente de la colline », a dit Cara Flowers, chargée de plaidoyer d'Oxfam pour l'eau et l'assainissement après avoir visité le site. « Les familles avaient commence à mettre leurs biens dans un semblance d'ordre mais personne ne sait quand les choses rentront dans la normalité. Des tuyaux pour irriguer les champs sont détruits, et les citernes dont on avait desespérément besoin pour garder l'eau potable pour les gens et le bétail ont été gravement endommagés. Sans accès à l'abri, l'eau ou le fourrage pour les troupeaux de chèvres et moutons, tout une communauté est oblige de quitter ses terres. »

Les forces armées israéliennes ont érigé un panneau l'année dernière déclarant l'endroit une « zone militaire. » Certains villageois dont plusieurs ont habité Al Farisiya depuis des décennies, ont reçu des notices d'éviction au mois de juin, disait-on. D'autres ont dit qu'ils n'ont reçu aucun avertissement avant la démolition de leurs biens.

« Les autorités israéliens sont obliges de protéger la vie, les biens et les moyens de subsistance des civiles sous leur occupation. Les autorités doivent offrir du logement et des indemnités pour les dégâts au matériel donné par des organismes internationaux mais, plus important, à la vie des résidents d'Al Farisiya » a dit Flowers.

Oxfam travaille depuis quatre ans avec la communauté d'Al Farisiya. Les biens détruits ont été fournis en réponse à la sécheresse severe d'été et au manqué de nourriture. Les permis pour des fournitures d'eau permanentes et soutenables sont difficiles à obtenir des autorités israéliens. Oxfam et les autres agences doivent donc recourir à des mesures de court-terme, comme fournir des citernes, pour éviter une crise grave.

Notes aux rédactions

Contact

  • Cara Flowers, +972 (0)575538529
  • Jane Barrett, +31.6.13933517