Les ministres européens doivent prendre des décisions en matière de financement sur le climat

Oxfam estime que les ministres européens de l’environnement peuvent éviter la domination de la Chine et des Etats-Unis, qui a ralenti le progrès des pourparlers à Tianjin, en prenant des décisions clés sur le financement de l’adaptation au changement climatique lors de leur rencontre aujourd’hui au Luxembourg.  

Oxfam appelle donc les ministres européens de l’environnement à préparer une série de mesures relatives au financement de l’adaptation au climat pour venir en aide aux populations subissant déjà les effets néfastes du changement climatique. Ces mesures permettront d’apporter un renouveau dans les négociations sur le climat et de maximiser l’influence de l’UE lors de la session de négociations de la CCNUCC de Cancún de novembre prochain.

Cette série de mesures doit comprendre:

  • Le soutien d’un Fonds “vert” mondial qui garantisse que les sommes allouées au climat soient gérées en toute transparence, répondent aux besoins des personnes les plus affectées, et se concentre à la fois sur l’adaptation et les efforts de mitigation. Oxfam a publié la semaine dernière un rapport révélant que moins de 10% des financements sur le climat engagés jusqu’à présent ont été destinés à l’adaptation au climat.
  • Le « reporting » de l’UE concernant les 30 milliards de dollars de financements précoces promis l’an dernier doit prouver qu’il s’agit d’argent « nouveau » venant s’ajouter aux 0,7% dédiés à l’aide au développement. Actuellement, les interprétations du terme additionnel varient. Pour Oxfam, il est clair que les sommes consacrées au climat doivent s’ajouter à la promesse des gouvernements de consacrer 0,7% de leur revenu national brut à l’aide, et ne pas être comptabilisées dans les sommes déjà engagées. En effet, l’aide consacrée à la santé et l’éducation risquerait d’être recyclée pour financer les nouveaux problèmes auxquels sont confrontés des millions de personnes vulnérables  
  • Une preuve que les 100 milliards de dollars annuels promis par les pays riches à Copenhague proviennent uniquement de financements publics, s’appuyant sur l’accord de l’UE de l’an dernier qui précise que, d’ici 2020, au moins 22 à 50 millions d’euros doivent provenir chaque année de financements publics.

Seuls de tels financements peuvent garantir que des projets cruciaux, qui n’attirent pas les investisseurs privés, bénéficient des fonds nécessaires permettant aux communautés de s’adapter aux impacts du changement climatique  

Tim Gore, conseiller d’Oxfam en matière de politique européenne a déclaré : « Les financements sur le climat peuvent représenter un véritable atout pour maximiser l’influence l’UE à Cancún. Ces financements peuvent aussi garantir à des millions d’individus déjà affectés par le changement climatique tout autour du globe que les sommes dont ils ont désespérément besoin pour s’adapter, et réduire leurs émissions, seront bientôt une réalité. En se servant correctement de cet atout, les ministres européens peuvent donner une nouvelle impulsion aux négociations de Cancún. »

Oxfam préconise donc que les intérêts des personnes les plus touchées  par le changement climatique soient davantage représentés par le fonds « vert » mondial, en particulier ceux des femmes qui sont souvent ignorées dans les débats mais qui se trouvent pourtant en première ligne des changements climatiques et cultivent plus de la moitié des denrées alimentaires des pays pauvres. Les ministres, qui représenteront l’UE au Sommet de Cancún, doivent réclamer la création de mécanismes financiers innovants pour collecter l’argent public, tels qu’une taxe Robin des bois ou des taxes sur le transport aérien ou maritime pour éviter de ponctionner les budgets des gouvernements.

« L’UE a déjà été à la tête de la lutte contre le changement climatique et ce n’est pas maintenant qu’elle doit se dérober », a ajouté Tim Gore. «  Du progrès sur les financements sur le climat peut remettre les négociations sur la bonne voie. Les ministres de l’environnement doivent démontrer à leurs ministres des finances et au reste du monde que c’est à l’UE de montrer la voie en matière de climat. Des millions de personnes vulnérables attendent encore que des actions soient mises en œuvre.

En savoir plus

Télécharger le nouveau rapport d'Oxfam sur le Changement Climatique: “Righting Two Wrongs: Making a New Global Climate Fund Work for Poor People” – (disponible en anglais seulement)

La taxe Robin des Bois

Notes aux rédactions

Les militants d'Oxfam à Dublin, Paris, Bruxelles, Rome et à travers le Royaume-Uni organiseront des actions ponctuelles ou "flashcrops" le 14 Octobre qui consisteront en des installations organiques visant à soutenir les agriculteurs luttant contre le changement climatique. Elles sont prévues pour rappeler les ministres de l'environnement de la nécessité urgente d'agir. Pour de plus amples informations à propos de ces actions, contacter Angela Corbalan.

Contact

Pour de plus amples infotmations, contacter:
Angela Corbalan + 32 2 234 11 15 / + 32 473 56 22 60 (mob) / angela.corbalan@oxfaminternational.org 
Lucy Brinicombe, +44 (0)1865 472192 / +44(0)7786 110054 / lbrinicombe@oxfam.org.uk