Helena Christensen, ambassadrice d’Oxfam, constate l’impact du changement climatique au Népal

Helena Christensen, photographe et ambassadrice mondiale d’Oxfam, a terminé aujourd’hui, avec l’organisation humanitaire Oxfam, sa visite au Népal, où elle s’est rendue pour sensibiliser le public, par le biais de ses photos, aux effets du changement climatique.

Helena Christensen a d’abord pu constater à quel point les communautés ont désespérément besoin d’une aide financière pour s’adapter aux effets du changement climatique. Dans la région du Teraï, la photographe s’est rendue dans des villages où les conditions météorologiques deviennent plus extrêmes et plus imprévisibles. Des phénomènes tels que des vagues de froid plus intenses, des sécheresses persistantes, ou des pluies diluviennes anéantissent les cultures et les moyens de subsistance.

Avant de se rendre au Népal, Helena Christensen avait voyagé l’an dernier au Pérou puis avait assisté aux négociations sur le climat de Copenhague.

"Nous sommes de retour, cette fois au Népal, pour recueillir les témoignages de populations qui, elles aussi, subissent sans cesse les impacts du changement climatique. Le monde est davantage sensibilisé à la question du changement climatique mais pourtant les dirigeants mondiaux ne parviennent pas à prendre les décisions qui s’imposent. Par conséquent, les populations les plus pauvres sont de plus en plus vulnérables", a déclaré Helena Christensen.

"J’ai discuté avec Kamalawati, une femme de 55 ans. Elle m’a raconté que sa maison a été détruite au cours d’une inondation et qu’ils ont dû la reconstruire avec de la boue et du bambou. Elle n’a pas les moyens de la reconstruire sur une plateforme de ciment surélevée et craint les prochaines pluies abondantes", a ajouté la photographe.

Helena Christensen s’est rendue au Népal une semaine avant que ne débute le prochain round de négociations sur le climat des Nation Unies, qui aura lieu à Cancún au Mexique.

Elle a aussi déclaré: "Le fait que rien ne change est extrêmement frustrant.  C’est un peu comme regarder un film où le même scénario se répète indéfiniment mais qui, dans la réalité, fait des milliers de victimes. A Cancún la semaine prochaine, les gouvernements ne peuvent pas, une fois de plus, s’abstenir de prendre les décisions nécessaires".

"Partout dans le monde, des pays sont en train de se noyer et pourtant, aucune des grandes puissances n’ose être la première à lancer la bouée de sauvetage. Ces nations doivent parvenir à de vrais résultats, qui permettront de remettre un accord sur le climat sur les rails. Il est essentiel que des progrès soient effectués vers l’établissement d’un fonds vert mondial, pour aider les populations vulnérables à s’adapter aux phénomènes météorologiques extrêmes et restaurer ainsi la confiance au sein des négociations", a ajouté Helena Christensen.

Ses photographies du Pérou et du Népal seront exposées en 2011 et 2012 à travers le monde.

Scott Faiia, Directeur Pays d’Oxfam au Népal a déclaré : "Il est crucial que le monde soit mis au courant des effets dévastateurs du changement climatique sur les communautés pauvres et nous tenons à saluer le fait qu’Helena Christensen se soit engagée à venir à la rencontre de nos populations pour recueillir leurs témoignages. Sa visite arrive au bon moment, les négociations des Nations Unies débutant la semaine prochaine, il est essentiel que des décisions soient prises pour arrêter de se dérober devant le changement climatique et pour protéger les personnes vulnérables".

En savoir plus

Communiqué: Des célébrités internationales lancent un appel aux négociateurs sur le climat

Joins-toi: Le Fonds Vert: une idée pour sauver des vies dans le monde entier

Semez pour Changer

Notes aux rédactions

** Pour télécharger des photos d’Helena Christensen à Rampurwa, Nawalparasi et ses propres photos, suivre les liens suivants :

http://www.4shared.com/dir/OSPw8EDU/Oxfam_Ambassador_Helena_Christ.html


Contact

Georgette Ginn Tel: +44 (0)1865 472037 gginn@oxfam.org.uk