L’Union africaine doit agir avec détermination pour assurer le développement de la jeunesse africaine

Oxfam insiste pour que le développement de la jeunesse soit une priorité pour les décennies à venir

Alors que le Forum des ministres des Affaires étrangères, une instance de prise de décision, commence aujourd’hui ses discussions au sommet de l'Union africaine (UA) à Malabo, Oxfam et ses partenaires appellent les ministres à s’assurer que le thème central du sommet "Accélérer le renforcement des capacités de la jeunesse pour un développement durable”, ne soit pas oublié. 

"Les conflits en cours comme en Libye, au Sud-Soudan et ailleurs, ont besoin de toute l’attention de l’Union africaine. Mais les ministres de l’UA ne doivent pas se laisser détourner des défis et problèmes de la jeunesse", a affirmé Désiré Assogbavi, représentant d’Oxfam auprès de l’Union africaine. "Notre jeunesse est vulnérable, et se laisse recruter par des groupes armés. S’il n’y a pas une bonne gestion des questions de cette jeunesse, la plupart des problèmes du continent y compris ceux liés à la paix et à la sécurité n’auront pas de solutions durables", a jouté M. Assogbavi. 

Trois jeunes africains sur cinq sont au chômage, et trois quarts vivent en dessous du seuil de pauvreté, avec tout juste un dollar par jour. Si leurs besoins économiques ne sont pas pris en compte, cela pourrait alimenter leur désenchantement politique, comme les révolutions qui ont commencé en Afrique du Nord, et qui potentiellement pourraient atteindre l’Afrique sub-saharienne, selon Oxfam. 

Quelques pays connaissent à l’heure actuelle, comme un renouveau politique, avec une forte croissance, mais “cette richesse n’est pas équitablement distribuée à tous, pour améliorer le niveau de vie et pour leur donner de l’espoir, afin de démontrer que l’avenir sera meilleur que le passé", a affirmé Yohannes Mezgebe, vice-président de l’Union panafricaine de la jeunesse.

L’organisation internationale Oxfam et ses partenaires, présents à Malabo au 17e sommet de l’Union africaine appellent l’organisation panafricaine à fixer des délais clairs à tous ses membres pour qu'ils appliquent la Charte de la jeunesse qui comprend de nombreuses décisions importantes prises par les 53 membres de l'UA depuis 2006. Cette charte souligne la nécessité de promouvoir activement la participation de la jeunesse à tous les aspects du développement.

L’Union panafricaine de la jeunesse demande à la Commission de l’Union africaine de : 

  • allouer des ressources adéquates à destination du Plan d’action pour la Décennie de la jeunesse africaine
  • faciliter et créer des mécanismes pour que la jeunesse de la diaspora puisse contribuer au développement 
  • transformer la division jeunesse de l’Union africaine en une direction placée sous la responsabilité du président de la Commission
  • développer des stratégies pour un partenariat secteur public-secteur privé afin de mobiliser des ressources pour la jeunesse
  • lutter contre les inégalités et se concentrer sur les jeunes marginalisés
  • lutter contre le trafic d'êtres humains et l'exploitation des réfugiés et déplacés internes
  • donner la priorité à une éducation de qualité, innovante et en faveur de toutes et tous
  • lancer la Décennie de la jeunesse africaine, à compter d'aujourd'hui 

Les représentants de la jeunesse africaine à ce sommet, demandent urgemment aux ministres africain-e-s, aux chef-fe-s d’état, et aux bailleurs de fonds de ne pas rater l'opportunité qui s'offre à eux de satisfaire toutes ces requêtes.

"70% de la population africaine a moins de 35 ans, et cela doit être une chance si des investissements appropriés et les bonnes décisions sont prises maintenant”, a ajouté M. Mezgebe. 

Selon Désiré Assogbavi, “Oxfam s’engage à faire du plaidoyer et à soutenir le renforcement durable des capacités des jeunes, ainsi que leur bien-être social". 

En savoir plus

Oxfam et l'implication de la jeunesse

Notes aux rédactions

L’Union de la jeunesse panafricaine est une organisation basée à Alger, qui a été créée à Conakry, la capitale de la Guinée, le 26 Avril 1962, avec les encouragements de l’organisation de l’Unité africaine, qui voulait voir naître une plate-forme pour mobiliser la jeunesse africaine autour du combat pour la Libération. Cette organisation est structurée en un Congrès, un Comité exécutif, des organisations régionales et des comités spécialisés, dont les instances sont renouvelées tous les quatre ans, au niveau des 53 pays membres de l’Union africaine.

Oxfam est une confédération internationale de 15 organisations travaillant dans 98 pays et avec des partenaires et allies dans le monde pour proposer des solution durables a l’injustice et a la pauvreté.

 

Contact

Charles Bambara – cbambara@oxfam.org.uk

  • Tel. Guinée équatoriale : +240 222 047 179
  • Tel. Sénégal (itinérance/roaming) : +221 77 639 4178