Accaparement des terres : New Forests Company doit répondre aux inquiétudes des communautés expulsées en Ouganda

Oxfam lance une campagne pour exiger de New Forests Company qu’elle réponde aux craintes quant à la sécurité des personnes expulsées récemment en Ouganda pour laisser le champ libre aux plantations de cette société britannique.

Oxfam se voit contraint de rendre publiques ses préoccupations, après avoir reçu des informations selon lesquelles les communautés victimes de ces expulsions, dans les districts de Mubende et Kibogo, ont le sentiment de faire l’objet de harcèlement et d’intimidations de la part du personnel de NFC.

Le 22 septembre, Oxfam a publié un rapport sur le phénomène d’accaparement des terres dans le monde. Ce document comprend notamment une étude de cas sur l’Ouganda détaillant comment 22 500 personnes, au moins, ont été expulsées sans aucune compensation et, dans certains cas, par la violence, pour laisser le champ libre aux plantations de NFC.

Depuis la publication de ce rapport, l’organisation internationale a reçu des informations selon lesquelles des personnes ayant communiqué avec les médias au sujet de leur expulsion ont été approchées et interrogées par le personnel de NFC. Des membres de ces communautés ont également été priés de conduire le personnel de la société sur les sites où avaient eu lieu des actes violents. Un homme a par ailleurs raconté que son bétail avait été confisqué par le personnel de NFC. Pour récupérer ses bêtes, il a dû dans un premier temps verser de l’argent, somme qui lui a finalement été restituée par la société.

NFC a annoncé récemment qu’elle allait ouvrir une enquête indépendante sur les allégations lancées par Oxfam, mais les actes commis par les employés de la société mettent en doute l'engagement de NFC et sa capacité à la mener. Oxfam demande donc que cette enquête soit supervisée par une personnalité indépendante, à même de désigner la structure qui sera chargée de l’enquête et capable de veiller à ce que soient garanties la participation et la protection des communautés dans ce processus.

« De nombreuses personnes, au sein de ces communautés, se sentent clairement intimidées par les actes de NFC qui sont en totale contradiction avec les principes d’une enquête indépendante et transparente, souligne Barbara Stocking, directrice générale d’Oxfam Grande-Bretgane. Elles ont déjà perdu leurs maisons et leurs terres et nombre d’entre elles ont été soumises à des comportements violents. Il leur faut une enquête crédible et non des pressions supplémentaires. »

« NFC doit montrer qu’elle prend au sérieux ces allégations en mettant en place une enquête réellement indépendante. »

Notes aux rédactions

Oxfam appelle les internautes à adresser un courriel à Robert Devereux, président de New Forests Company pour exiger qu’il prenne des mesures immédiates contre le harcèlement et les actes d’intimidation à l’encontre des communautés expulsées et pour l’ouverture d’une enquête réellement indépendante.

Contact

Pour de plus amples informations, merci de contacter :

Lucy Brinicombe : +44(0)7786110054 / +44 (0)1865 472192 / lbrinicombe@oxfam.org.uk