Inondations au Pakistan : des organisations contraintes de fermer leurs programmes si les fonds n’arrivent pas de toute urgence

Les risques de malnutrition et d’une crise de santé publique augmentent pour plus de neuf millions de personnes

Plus de neuf millions de personnes touchées par les graves inondations dans la province du Sind, au Pakistan, sont exposées à des risques de maladies et de malnutrition généralisée, tandis que les efforts de secours parvenant à plus de cinq millions de personnes sont menacés en raison du manque de fonds, alerte aujourd'hui un groupe d’organisations d'aide internationale, dont Oxfam, Save the Children, Care et Acted. Elles lancent un appel d’urgence à la communauté de donateurs pour accélérer leur réponse.

Le manque de financement pour les programmes de secours après les inondations au Pakistan aura de graves conséquences si l'argent n'est pas rapidement trouvé pour aider ceux dans le besoin, Oxfam serait contraint de réduire ses efforts après le mois de décembre, ce qui signifie que les 3,9 millions de personnes qu'elle avait prévu d'atteindre resteraient sans aide. Jusqu’à présent, Save the Children n’a récolté que 35 % de l'appel lancé par cette organisation au niveau mondial pour les inondations du Sind. Care fait face à un déficit de 91 % et se bat pour poursuivre son programme de secours à un moment où le risque de malnutrition et d'une épidémie grimpe.

« Care a puisé dans ses propres ressources pour financer la demande d’aide, celle-ci concentrée sur les soins d'urgence en santé et sécurité alimentaire. En raison d'un manque de financement, nous n’avons atteint qu’environ 10 % des 150 000 personnes ciblées nécessitant des soins d'urgence dans les domaines où nos partenaires locaux et nous-mêmes fonctionnons », a déclaré Waleed Rauf, directeur national de Care International au Pakistan.

Les programmes des agences de l'ONU sont également affectés par ce financement stagnant. En réponse à sa demande d’aide de 357 millions de dollars, l’ONU n'a reçu à ce jour que 96,5 millions de dollars. « L'appel global de l’ONU pour 2011 reste désespérément sous-financé avec un déficit de 73 % et si les fonds reçus restent si faibles, le matériel de secours sera épuisé dans les semaines à venir, ce qui aura un impact sur les agences de l'ONU dans leur intention de fournir une eau potable, de la nourriture, des sanitaires, des abris et soins de santé », a déclaré Stacey Winston, porte-parole de l'ONU.

Le gouvernement pakistanais est également confronté à une crise de financement et pourrait être forcé à réduire ses efforts de secours en raison de l'épuisement des ressources, ce qui renforce le besoin des agences humanitaires à accélérer leur réponse.

« Plus de deux mois après le début de la crise, des millions de personnes sont toujours sans service de base. Si les opérations de secours s'arrêtent, on pourrait faire face à une catastrophe inimaginable. Des soins de santé, de l’eau potable et des sanitaires sont nécessaires pour endiguer une crise sanitaire publique imminente. Le système alimentaire précaire est menacé par une grave pénurie alimentaire, et de nombreux agriculteurs seront privés de la récolte d’hiver. Celui-ci approchant rapidement, des millions de personnes encore sans abri seront laissés dehors dans le froid. Nous avons un besoin urgent de voir la générosité et les dons semblables à ceux de l’année dernière, alors que le pays vivait une situation semblable », a déclaré Neva Khan, directrice d'Oxfam au Pakistan.

Plus de neuf millions de personnes ont été touchées par les inondations qui ont frappé le Pakistan en août. Plus de deux mois après le début de la catastrophe, plus de 1,58 million de maisons ont été endommagées dans le Sind et 26 000 dans le Baloutchistan.

Les gens sont contraints de vivre dans des conditions déplorables. Plus des trois-quarts des ménages touchés n'ont reçu aucune aide au logement tandis qu'environ 800 000 personnes sont toujours déplacées. Selon les dernières estimations, trois millions de personnes sont dans un besoin urgent d'aide alimentaire.

Les maladies sont à la hausse et la vie d'au moins deux millions d'adultes et trois millions d'enfants sont à risque. Les eaux stagnantes et l'hiver approchant ont renforcé le risque d'une épidémie majeure de dengue, de paludisme et d’infection des voies respiratoires aiguë. Plus de 160 000 femmes enceintes auront besoin de services médicaux d’urgence dans les six prochains mois.

« Nous nous attendions à ce que la situation se stabilise mais les conditions vont de mal en pis. Chaque jour qui passe expose plus d’enfants aux risques de contracter des maladies. Les taux de malnutrition parmi les enfants de moins de cinq ans sont parmi les pires des cas enregistrés. L'immunité des enfants est très faible, et nous craignons que l'hiver ne fera qu'aggraver la situation si l'aide n'est pas immédiatement intensifiée », a déclaré David Wright, directeur de Save the Children au Pakistan.

Plus de 67 % des stocks de nourriture et 73 % des récoltes dans treize zones du Sind ont été détruits. De plus, les agriculteurs dont les champs sont sous l'eau vont manquer la saison des semis d'hiver qui débute maintenant, conduisant à la faim. Environ 3,6 millions de personnes ont un besoin urgent de soutien agricole afin de reprendre la production alimentaire et les activités génératrices de revenus.

« Il est regrettable que des millions de populations touchées par les inondations ont reçu si peu d'aide humanitaire pour répondre à leurs besoins urgents en nourriture, eau et abri. Ces populations ont tout perdu et nécessitent une aide immédiate pour être en mesure de survivre à l'hiver qui approche, et pour avoir une chance de reconstruire leur vie », a déclaré Andy Buchanan, directeur pays d'Acted.

Les Etats-Unis sont de loin la nation à contribuer le plus à l'appel de l'ONU avec un don de 13,4 millions de dollars, mais qui ne représente que 3,8 % du montant nécessaire depuis le début de la crise. Le Japon, troisième pays le plus riche, a donné 2,5 % de ce qui est nécessaire, l'Allemagne, la cinquième richesse a donné 2 %, le Royaume-Uni, septième richesse a donné 1,8 %, le Canada, 2,6 %, l’Australie, 1 %, la Norvège, 1 % et le Danemark, que 0,6 %. La Commission européenne a contribué à hauteur de 20,6 millions de dollars ce qui représente 5,8 % de l'appel tandis que le Fonds central d'intervention d'urgence a donné 4,9 %, soit montant qui s'élève à 17,6 millions de dollars.

En savoir plus

L'action humanitaire d'Oxfam au Pakistan 

Notes aux rédactions

  • Des photos peuvent être téléchargées aux liens suivants:
    http://wordsandpictures.oxfam.org.uk/?c=10196&k=40a2794708
    http://wordsandpictures.oxfam.org.uk/?c=10187&k=6bd43b7a59
    http://wordsandpictures.oxfam.org.uk/?c=10175&k=a51850f83d 
  • Une video de haute qualitée est disponible sur demande pour les journalistes TV - Une vidéo pour le web peut aussi être téléchargée : http://www.4shared.com/video/iISK0w7G/Floods_and_Unmet_needs_VNR.html 
  • Oxfam vise à aider plus de 3,9 millions de personnes au cours de son intervention et travaille dans les huit zones les plus touchées du Sind. Oxfam a déjà aidé 1 360 747 personnes en travaillant avec des partenaires locaux. Oxfam a approvisionné de l’eau potable à 675 509 personnes, des installations d’assainissement à 42 200 personnes, organisé des sessions de promotion de l'hygiène avec 66 682 personnes, distribué des kits d’hygiène à 172 919 personnes, kits de cuisine à 282 000 personnes, fourni du fourrage d’animaux à 26 000 personnes et des boîtes à outils à 28 390 personnes. Oxfam a également participé à la recherche et au sauvetage de 58 208 personnes. Care International fournit, à travers son partenaire local des soins de santé d'urgence à environ 150 000 individus. 
  • Care prévoit également de lancer un programme de sécurité alimentaire d'urgence, mais n’est pas en mesure de le faire à cause du manque de fonds. 
  • Save the Children a pour objectif d’aider 1 million de personnes à travers une réponse multi-sectorielle. À ce jour, Save the Children est venu en aide à 500 000 personnes avec un apport seul en nourriture et 100 000 personnes à travers d'autres interventions. Le manque de fonds ne permet pas à l'agence d’apporter aux particuliers tout ce qu'elle avait prévu. La réponse aux inondations comprend la distribution alimentaire d'urgence, l’approvisionnement de soins de santé de base, des abris d'urgence, de l’eau, de l’hygiène et assainissement, un programme de protection des enfants et l'établissement de centres d'apprentissage temporaires. 
  • Acted a lancé une réponse qui vise à couvrir les secours d'urgence et les besoins de rétablissement précoce de 1 million de victimes des inondations et des bénéficiaires de déplacements dans les zones de Sanghar, Umerkot et Mirpur Khas sur les 12 prochains mois. L'orientation de ses activités se fera sur l’approvisionnement en eau, l'assainissement, les abris et l’assistance à la sécurité alimentaire, ainsi que sur le soutien à la restauration des moyens de subsistance et la sécurité alimentaire à moyen terme des populations touchées dans les zones rurales. Grâce à une approche intégrée, multisectorielle, Acted prévoit non seulement de répondre aux besoins des communautés touchées par les inondations dans le sud du Sind, mais aussi d’augmenter leur résistance à des catastrophes futures potentielles.

Contact

Pour de plus amples informations et/ou pour entrevues :

Au Pakistan : Bisma Akbar au +92 345 6969902 ou +92 332 3250496 ou bakbar@oxfam.org.uk

Au Royaume-Uni : Jonaid Jilani au +44(0)1865472193 ou +44(0)7810181514 ou jjilani@oxfam.org.uk