A Camp David, les membres du G8 ne sont pas parvenus à renouveler leurs engagements contre l'insécurité alimentaire mondiale

Alors que le sommet du G8 à Camp David s’achève, l'organisation internationale Oxfam a critiqué les dirigeants du G8 pour ne pas avoir réussi à renouveler les financements nécessaires et les engagements politiques en faveur d’une sécurité alimentaire mondiale. Les dirigeants n’ont pas réussi à poursuivre les efforts actuels pour investir dans l’agriculture des pays en développement, même s’ils se sont fixés un nouvel objectif d'aider 50 millions de personnes à sortir de la pauvreté grâce à l'agriculture d'ici à 2015.

« C’est comme s’ils reprenaient le scénario classique de rupture, "Ce n'est pas toi, c'est moi". Le G8 s’éloigne de l’accord conclu en Italie il y a trois ans, a déclaré Gregory Adams d’Oxfam. Rompre n'est jamais facile, mais le refus du G8 de tenir ses promesses intervient alors que les défis auxquels font face les populations pauvres à travers le monde sont de plus en plus difficiles. »

Bien que les discussions du G8 aient fait une place importante aux membres du secteur privé, les préoccupations des petits exploitants agricoles, qui sont la solution à l'insécurité alimentaire, n’ont pas été au menu de la rencontre. Un certain nombre de dirigeants africains de la société civile, préoccupés par la tournure que prennent les efforts du G8 sur la sécurité alimentaire, ont demandé au G8 de s'en tenir aux plans établis à L'Aquila.

« Le G8 s'est engagé en 2009 à soutenir les pays en développement, pour le meilleur et pour le pire, rappelle Lamine Ndiaye, d’Oxfam. Les pays pauvres avaient présenté au G8 des plans coordonnés et durables pour la sécurité alimentaire et le développement agricole, mais aujourd’hui le G8 s’est contenté de les snober. »

Faible lueur d’espoir, une poignée de pays ont pris des engagement plus que nécessaires, à hauteur de 1,2 milliard de dollars, auprès du Programme mondial pour l'agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP), un fonds multilatéral investissant directement dans des plans nationaux. Oxfam a exhorté le reste du G8 à leur emboîter le pas, en concentrant leurs engagements sur le secteur public.

« Le GAFSP poursuit sur sa lancée et bénéficiera certainement d’une injection de ressources, comme annoncé », ajoute Gregory Adams.

Alors que Camp David ferme ses portes, nous espérons que le G20 de Los Cabos prendra des mesures concrètes pour réformer ce système alimentaire défaillant. Une attention particulière sera portée sur le Royaume-Uni, qui accueillera le prochain sommet du G8.

« Comme les États-Unis, le Royaume-Uni mérite des félicitations pour avoir tenu les engagements qu'il avait pris à L'Aquila pour lutter contre la faim dans le monde, poursuit G. Adams. En tant que Président du G8 l'an prochain, c'est au tour du Royaume-Uni d’élever le niveau d'ambition et d'offrir un partenariat avec les pays en développement pour lutter contre le fléau de la faim dans le monde. »

En savoir plus

Sommet 2012 du G8 à Camp David, Maryland

CULTIVONS – La campagne d'Oxfam pour remettre le système alimentaire mondial sur la bonne voie

Notes aux rédactions

Contact

Ben Grossman-Cohen, Oxfam Amérique, +202 629 6018, bgrossman-cohen@oxfamamerica.org

Magali Rubino, Oxfam France, +33 1 56 98 24 45, mrubino@oxfamfrance.org