Le sommet de Rio en 1992 avait lié environnement et développement, Rio+20 semble les séparer

Selon des organisations de lutte contre la pauvreté et de protection de l’environnement, le sommet de Rio+20 échouera si ses participants acceptent les propositions actuelles, qui risquent d'aggraver la fracture entre les efforts consacrés à l’environnement et au développement.

Un des principaux résultats de la conférence des Nations unies pour le développement durable, qui commence mercredi 20 juin à Rio de Janeiro, sera très probablement la conclusion d’un accord sur les objectifs du développement durable.

L'ONU a déjà amorcé sa réflexion à propos du cadre de développement mondial post-2015, en commençant par un examen des leçons tirées des Objectifs du Millénaire pour le développement existants ainsi que des options à considérer après leur expiration en 2015. La proposition actuellement sur la table à Rio aurait pour vocation d’amorcer la définition d’une seconde série d’objectifs mondiaux après 2015. Un processus distinct axé sur l'environnement ne permettra pas de réduire la pauvreté et les inégalités tout en protégeant la planète, alors qu’il s’agit bien là de la solution à apporter de toute urgence, ont déclaré Oxfam, l’Action mondiale contre la pauvreté (AMCP) et la campagne Beyond 2015.

« Les questions de la lutte contre la pauvreté et de la protection de l'environnement sont inextricablement liées et ne peuvent pas être traitées séparément. Les propositions actuelles risquent d’aboutir à un engagement dilué, des efforts redondants, et un manque d’orientation claire », a déclaré Antonio Hill d'Oxfam. « Les personnes les plus pauvres du monde, qui n’ont pas accès à des services de santé et d’éducation de qualité, sont également privées d’eau, de terre et d’air non pollué. Les populations pauvres seront les premières à y perdre si Rio+20 ne parvient pas à fixer un ensemble d'objectifs pour la planète. Nous avons besoin d'un cadre d'orientation unique dont le but est de mettre fin à la pauvreté et de sauvegarder le monde qui nous permet de vivre. »

Les organisations estiment que si un engagement est pris à Rio pour un processus unique qui rassemble les Objectifs du développement durable et le cadre de développement post-2015, cela pourrait représenter un accord historique permettant de lutter contre la pauvreté et de promouvoir le développement, tout en partageant les ressources limitées de la Terre. Mais ce processus pourrait échouer si l’intégration de ces deux aspects n’a pas lieu dès le départ.

« Aux Philippines, les Objectifs du Millénaire pour le développement sont finalement parvenus à soutenir la lutte contre la pauvreté, mais ils ne constituent pas des véritables mesures en faveur du développement durable. La priorité du gouvernement est la réduction de la pauvreté, mais le financement de cette politique dépend en grande partie d’activités minières qui se font au détriment de l’environnement », a déclaré Nanette Antequisa, directrice exécutive de l'ONG Ecoweb, basée aux Philippines.

Les organisations soulignent par ailleurs que le succès des futurs objectifs repose sur les progrès faits en matière de lutte contre la pauvreté dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement.

« Cette situation donne l’impression que les gouvernements à Rio arrangent la disposition des chaises longues sur le Titanic alors que 1,4 milliard de personnes vivent encore dans la pauvreté, dans une lutte quotidienne pour l’accès à la nourriture, l'eau et l'énergie. Pour ces personnes, il ne s’agit pas de choisir entre environnement et développement. Nous avons besoin de remplir les Objectifs du Millénaire pour le développement existants, et de mettre en place un cadre unique qui leur succédera », a déclaré Rajiv Joshi de l'AMCP.

« Les gouvernements se chamaillent pour définir qui mènera une initiative internationale dont le but exact reste indéfini. La nouvelle série d'objectifs doit apporter un changement positif pour les populations les plus pauvres du monde, qui ne classent pas la nourriture, l'eau, l'énergie, et l'air dont ils dépendent comme des questions relevant de la lutte contre la pauvreté ou de la protection de l'environnement. Ils veulent juste survivre et mener une vie décente », a déclaré Bernadette Fischler de la campagne Beyond 2015.

En savoir plus

Note d'information média : Rio plus ou moins 20 : le bilan d’un système alimentaire défaillant et les perspectives d’avenir (pdf 281kb)

Etudes de cas : Rio+20 : les enjeux clefs du sommet dans trois économies émergentes

Notes aux rédactions

Contact

Pour de plus amples informations, contacter à Rio :

Tricia O’Rourke, Oxfam : +55 21 6849 2371

Bernadette Fischler, Beyond 2015 : +44 7785 515 335

Rajiv Joshi, AMCP : +1 917 545 6101 

Roberta Caldo : + 55 21 6849 2369 ou + 55 61 9297 7372