Les communautés palestiniennes de la vallée du Jourdain menacées par l’expansion des colonies et l’accélération des démolitions

L’expansion des colonies, permise par des restrictions discriminatoires contre les Palestiniens dans la vallée du Jourdain met à mal la viabilité d’un futur Etat palestinien, selon un rapport publié aujourd’hui par Oxfam.

Le rapport, intitulé « Au bord du gouffre : les colonies israéliennes et leur impact sur les Palestiniens dans la vallée du Jourdain », souligne que la vallée du Jourdain, en Cisjordanie occupée, a le potentiel de devenir le grenier de la Palestine. Pourtant, les Palestiniens sont maintenus dans la pauvreté et les colonies israéliennes se développent du fait des restrictions qui pèsent sur les Palestiniens en matière de construction et d’accès à l’eau et à la terre.

On estime que le revenu agricole annuel palestinien pourrait augmenter d’un milliard de dollars si les restrictions qui pèsent sur les Palestiniens en matière de mobilité et d’accès à l’eau et à la terre dans la vallée du Jourdain étaient levées.

13% de la population contrôle 86 % de la vallée

Le rapport montre que les Palestiniens ne peuvent avoir accès qu’à 6% des terres de la vallée du Jourdain, tandis que les colons israéliens, qui représentent 13% de la population de la vallée, contrôlent 86% de ces territoires. Les colonies de la vallée du Jourdain – illégales au regard du droit international – ont mis en place des exploitations agricoles industrielles qui produisent des récoltes à forte valeur ajoutée. Ces exploitations vendent leurs produits sur le marché intérieur ou extérieur, et bénéficient de toute une série de subventions et d’aides publiques de la part du gouvernement israélien, qui facilite leur croissance et leur pérennité.

Pendant ce temps, le taux de pauvreté des communautés palestiniennes de la vallée du Jourdain est presque deux fois plus important que pour le reste de la Cisjordanie, et nombreux sont ceux qui peinent à vivre de leurs activités d’agriculture et d’élevage, sans disposer d’un accès adéquat à l’eau et à la terre.

Une situation dramatique pour les Palestiniens

« Les colonies et les politiques israéliennes qui s’y rapportent, comme les démolitions systématiques et les restrictions pesant sur l’accès à l’eau et à la terre, créent une situation dramatique pour les Palestiniens de la vallée du Jourdain, a déclaré Jeremy Hobbs, directeur exécutif d’Oxfam International. Le gouvernement israélien a l’obligation d’assurer la sécurité de sa population, mais de telles restrictions excessives à l’encontre des Palestiniens de Cisjordanie ne seraient pas nécessaires si les Israéliens ne colonisaient pas cette zone. Ces politiques et pratiques discriminatoires ont réduit davantage de Palestiniens à la pauvreté et éloignent la perspective de deux Etats voisins vivant dans la paix et la sécurité. » 

Le rapport demande à l’Union européenne, le plus important partenaire commercial d’Israël et principal bailleur de fonds des Palestiniens, de prendre des mesures urgentes et de faire pression sur le gouvernement israélien afin qu’il cesse immédiatement de construire des colonies et de démolir des constructions palestiniennes – dont des habitations, des enclos, des citernes, et des panneaux solaires. L’UE a l’opportunité d’aller au-delà des déclarations alors que Jose Manuel Barroso, l’actuel président de la Commission européenne, doit effectuer une visite en Cisjordanie dans les prochains jours. En outre, une réunion de haut niveau entre Israël et le Comité d’association de l’UE doit avoir lieu courant juillet.

« Les déclarations fortes ne suffisent pas »

« Le discours de la communauté internationale va depuis longtemps dans le bon sens, mais des déclarations fortes ne suffisent pas à aider les agriculteurs et éleveurs de la vallée du Jourdain à développer leur propre économie et construire les infrastructures nécessaires à la croissance de leurs communautés. », a souligné Jeremy Hobbs.

L’appel d’Oxfam intervient peu après une déclaration sans précédent de l’Union européenne, qui a affirmé le 14 mai sa position contre les démolitions effectuées dans les zones de Cisjordanie sous contrôle israélien. Depuis lors, les Palestiniens n’ont pas assisté à des changements significatifs sur le terrain. Le gouvernement israélien a démoli au moins 59 structures palestiniennes et a déplacé 34 familles palestiniennes lorsque l’armée israélienne a décidé d’utiliser leurs sites d’habitation pour former un vaste terrain d’entraînement militaire, dans une zone de la vallée du Jourdain où Oxfam travaille.

Selon Oxfam, il est probable que la situation se détériore encore plus à moins que des mesures ne soient prises immédiatement. En 2011, la construction de nouvelles colonies en Cisjordanie a augmenté de 20% par rapport à 2010. Durant la même période, le nombre de Palestiniens déplacés à cause de la démolition de leurs habitations a doublé. 60% de ces démolitions ont été effectuées dans des zones proches des colonies.

En savoir plus

Télécharger le rapport « Au bord du gouffre : les colonies israéliennes et leur impact sur les Palestiniens dans la vallée du Jourdain »

Notes aux rédactions

  • 9 500 colons israéliens et 66 000 Palestiniens vivent dans la vallée du Jourdain.
  • Plus de 60% de la Cisjordanie occupée, dont 90% de la vallée du Jourdain, est classée en tant que zone C. Dans cette zone, Israël maintient un contrôle civil et militaire complet. Dans la zone C, l’Administration civile israélienne (ACI) contrôle la planification et le zonage, et 94% des permis de construire demandés par les Palestiniens ont fait l’objet de refus ces dernières années. Les structures érigées sans permis de construire sont régulièrement détruites.
  • L’année 2011 a connu une nette augmentation du nombre d’expulsion et de démolitions ordonnées par Israël dans des zones où l’accès est strictement restreint, comme dans la zone C et la vallée du Jourdain. 622 structures ont été démolies et 1095 Palestiniens ont été déplacés en 2011. 60% de ces démolitions ont eu lieu dans des zones proches des colonies, et environ un quart des démolitions ont affectés des structures financées par des donateurs, comme des citernes à eau et des enclos. A ce jour, 330 démolitions ont eu lieu et 536 personnes ont été déplacées en 2012.
  • En mai 2011, le gouvernement israélien a annoncé que deux fois plus de terres agricoles allaient être allouées aux colons dans la vallée du Jourdain, et que leurs ressources en eau augmenteront de 20%. En mars 2012, la Knesset a approuvé un budget d’allocation additionnel de 2 millions de dollars afin de construire des colonies dans la vallée du Jourdain. Au total, on estime que le gouvernement israélien dépense 24 650 dollars par colon chaque année, soit 57% plus que les dépenses moyennes par habitant en Israël.
  • 500 millions de dollars de biens provenant des colonies sont vendus chaque année sur les marchés palestiniens.
  • Le Conseil d’association UE-Israël et le Comité d’association UE-Israël sont deux organisations conjointes mises en place par l’Accord d’association UE-Israël, entré en vigueur en 2000. Le Conseil d’association se réunit une fois par an à un niveau ministériel, et tiendra sa réunion cette année fin juillet.
  • Le 15 mai 2012, les ministres des affaires étrangères européens réunis à Bruxelles ont émis une série de recommandations au gouvernement israélien inédites dans leur portée et leur qualité, concernant l’expansion des colonies et les démolitions dans la zone C de la Cisjordanie.

Contact

Pour de plus amples informations, merci de bien vouloir contacter :

Willow Heske, Responsable média pour Oxfam auprès du Territoire palestinien occupé et d'Israël : +972 (0) 597133646 ou +972 (0)546395002 ou willow.heske@oxfamnovib.nl