Le G8 doit prendre des mesures la semaine prochaine pour réduire les risques d’accaparements de terres

À quelques jours du G8, Oxfam révèle aujourd’hui que depuis l’an 2000, des entreprises basées dans les pays du G8 ont acquis une superficie supérieure à celle de l’Irlande1 dans les pays en développement. Ces terres suffiraient à nourrir 76 millions de personnes par an, à savoir les populations du Royaume-Uni et du Canada réunies.

Le rythme et l’ampleur des investissements fonciers opaques sont tels que des accaparements de terres menacent de priver des communautés vulnérables de leurs terres agricoles sans compensation ni consentement préalable, et ce souvent par la violence. Le secret qui entoure ces transactions entraîne souvent un important surcoût imprévu pour les investisseurs en conséquence des conflits non résolus avec les communautés locales qui contestent la transaction foncière2. Compte tenu de l’importance des transactions réalisées par des sociétés ayant des liens avec les pays du G8 et sachant que celui-ci a pour mission de promouvoir les investissements, le G8 a un rôle à jouer dans la lutte contre les accaparements de terres.

Oxfam exhorte les dirigeants du G8, qui se réuniront en Irlande du Nord lundi prochain, à percer l’opacité des transactions foncières et à contribuer à mettre fin aux accaparements de terres. Le Premier ministre britannique David Cameron, qui présidera le G8 cette année, a déjà fait part de son ambition que ce sommet œuvre à lutter contre la faim dans le monde. La pression exercée par Oxfam a contribué à inscrire, pour la première fois, les questions foncières à l’ordre du jour du G8.

L'opacité des transactions foncières « ne profite à personne »

Selon Mark Goldring, directeur général d’Oxfam Grande-Bretagne, « le secret entretenu sur le terrain et parmi les investisseurs ne profite à personne. Quant aux plus démunis, ils risquent de tout y perdre. Le G8 doit lever le voile du secret qui entoure les transactions foncières afin d’aider à mettre fin au scandale des accaparements de terres. »

Oxfam exhorte les dirigeants du G8 à créer une plate-forme mondiale, appelée Initiative pour la transparence foncière (Land Transparency Initiative, LTI), qui permettrait d’améliorer les droits fonciers dans les pays pauvres et de conforter les normes internationales de l’ONU en matière de régimes fonciers3. Cette initiative devrait également imposer aux investisseurs de fournir des précisions sur leurs opérations foncières et leurs relations avec les communautés concernées. Le G8 doit aussi balayer devant sa porte : une réglementation est nécessaire pour imposer à toutes les sociétés basées dans les pays du G8 et investissant dans le foncier de rendre publiques les modalités des transactions et pour que les communautés touchées puissent participer aux négociations et être entendues.

« Le gouvernement britannique a mis le scandale des accaparements de terres sur la table du G8, ajoute Mark Goldring. Il reste à présent aux autres dirigeants du G8 à faire en sorte que nous n’ayons pas à porter la responsabilité du scandale des accaparements de terres. »

Chaque semaine, dans les pays en développement, l’équivalent de la superficie de la ville d’Ottawa est vendu à des investisseurs étrangers.

Notes aux rédactions

  1. ^ Une superficie de 11 millions d’hectares, selon les nouvelles statistiques publiées par le Land Matrix Partnership. Cela représente un tiers de plus que la superficie de l’Irlande du Nord (1,4 million d’hectares) et de la République d’Irlande (7,0 millions) réunies. La population totale du Canada et du Royaume-Uni est de 98,4 millions d’habitants. http://faostat.fao.org/
  2. ^ Pour un exemple, consulter The Munden Project: The Financial Risks of Land Tenure: An Investment View
  3. ^ Adoptées à l’unanimité par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale en 2012, les Directives volontaires de l’ONU pour une gouvernance responsable des régimes fonciers comprennent un large éventail de dispositions visant à améliorer la gestion des terres et des régimes fonciers et, in fine, les droits fonciers des communautés vulnérables.

Contact

Pour en savoir plus et organiser des entretiens, contacter :

  • Lucy Brinicombe, chargée de relations presse chez Oxfam, +44(0)7786 110054, lbrinicombe@oxfam.org.uk

Une équipe d’Oxfam sera présente au sommet du G8 en Irlande du Nord et pourra accorder des entretiens et fournir informations et analyses. Pour plus d’informations, contacter Lucy Brinicombe (en Irlande du Nord à partir du 15 juin) aux coordonnées ci-dessus.

En savoir plus

Blog : Préparons-nous pour le G8

Action : Demandez au G8 de mettre fin aux accaparements de terres !

Thème : Les accaparements de terres

Campagne : CULTIVONS – pour un monde dans lequel chacun et chacune aura de quoi se nourrir