Noël, un temps de réflexion pour les Philippins en pleine reconstruction après le typhon Haiyan

Aux Philippines, les fêtes de Noël sont inhabituellement moroses cette année alors que la population réfléchit aux dégâts considérables causés par le typhon Haiyan et à la longue tâche qui reste à accomplir pour se remettre de cette catastrophe. Plus de 6 000 personnes sont mortes et plus de 1 700 sont encore portées disparues à la suite de la tempête qui a secoué l’archipel le 8 novembre, baptisée localement Yolanda.

Malgré tout, même dans les régions les plus durement touchées par le typhon, les Philippins, comme Rowan, 25 ans, sont déterminés à faire ce qu’ils peuvent pour marquer l’occasion. « Nous avons trouvé des décorations de Noël parmi les décombres que nous avons nettoyées et accrochées », raconte ce jeune homme en montrant du doigt un Père Noël reconstitué avec un masque, barbe comprise. « Nous tenions à fêter Noël, d’une manière ou d’une autre. »

Le typhon Haiyan a frappé des régions parmi les plus pauvres des Philippines. Comme toujours, les personnes les plus pauvres, les moins à même de supporter un choc aussi terrible, ont aussi plus de mal à s’en remettre. Le gouvernement philippin estime que la reconstruction après Haiyan coûtera 8,17 milliards de dollars, sur une période de quatre années.

Oxfam apporte aide et soutien d’urgence sur place et a pu porter assistance à plus de 354 000 personnes à ce jour grâce à la générosité des donateurs et donatrices. En collaboration avec des partenaires locaux, Oxfam a fourni de l’eau potable, des toilettes publiques, des douches et des kits d’hygiène. Nous aidons également les gens à reconstituer leurs sources de revenus et leurs moyens de subsistance.

Oxfam a aidé la population à déblayer les rizières. Nous avons donné des mini-scieries portatives qui permettent aux gens de débiter les arbres déracinés et d’en faire des planches pour reconstruire leurs maisons. Nous nous efforçons d’aider les pêcheurs à réparer leurs bateaux et leurs filets avec des matériaux locaux là où cela est possible. Nous aidons par ailleurs les groupes communautaires à évaluer la meilleure manière de réhabiliter l’industrie de la noix de coco, un secteur vital dévasté par la tempête. « Le défi aujourd’hui consiste à gérer la transition de la fin de la phase d’aide d’urgence au début de la reconstruction, explique Peter Struijf, responsable de l’action humanitaire d’Oxfam à Tacloban. L’important est de réduire la vulnérabilité, particulièrement pour celles et ceux dont les ressources à long terme sont grandement menacées. »

Oxfam est déterminée à aider la population à « mieux reconstruire ». Nous voulons faire en sorte de renforcer les communautés et leur capacité à faire face à la prochaine grande tempête – ou à toute catastrophe qui surviendrait. Pour ce faire, Oxfam continuera de travailler avec les groupes communautaires afin de lutter contre les inégalités et la pauvreté dans le cadre de son programme de réhabilitation et de développement à long terme.

Notes aux rédactions

Contact

Pour de plus amples informations, merci de bien vouloir contacter :

  • Rachel Harvey, Responsable média par intérim – Equipe d’intervention humanitaire face au typhon Haiyan, Oxfam :
    Tél. portable aux Philippines : +63 9984268230 ou +63 9177365112
    Tél. portable en Chine : +86 186 1103 1266
    Twitter @HarveyBKK
    Email: harver10@gmail.com
  • Joseph Edward B. Alegado, Chargé média et communications
    Téléphone : +63 (2) 929 4470 loc 129 / Fax: +63 (2) 927-0499 
    Tél. portable : + 63 (928) 5042911
    E-mail: jalegado@oxfam.org.uk