Le blocus doit cesser maintenant

Martin Hartberg, Chargé de plaidoyer d’Oxfam à Jérusalem, déclare : 

« Ce cessez-le-feu doit perdurer. Les violences de ces dernières semaines ont été dévastatrices pour les populations de Gaza et d’Israël. Des centaines de vies ont été perdues, et des maisons, des écoles et des jardins d’enfants sont en ruines. Il faut laisser une chance aux populations de reconstruire leurs vies encore une fois. Les écoles à Gaza et dans le sud d’Israël ont été fermées pendant plus d’une semaine, et il était bien trop dangereux pour les habitants de Gaza d’exercer des activités économiques traditionnelles, comme la pêche ou les travaux agricoles.

« Nous avons besoin de plus qu’un cessez-le-feu. Nous ne pouvons reprendre nos activités comme si de rien n'était. Pendant cinq ans, Gaza a été paralysé par un blocus qui a restreint les importations et exportations, et a détruit l’économie. Depuis le début du blocus, un tiers des entreprises a fermé et 80% de la population dépend de l’aide humanitaire pour continuer à vivre.

« En raison du blocus et des restrictions sur les importations de ciment, l’ONU et les ONG ont également eu du mal à reconstruire les maisons et les réseaux d’eau détruits pendant l’opération Plomb Durci. Par moment, les rues de Gaza se retrouvent ainsi inondées par les égouts.

« La communauté internationale doit être courageuse. C’est uniquement par la levée du blocus que nous aurons une chance de mettre fin au cycle de la violence incessant qui a dévasté des millions de vies. La solution à deux Etats soutenue par la communauté internationale est impossible à atteindre si le blocus reste en vigueur et que les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie continuent à être divisés. »

Contact: 

Pour toute demande media, contacter :

  • Willow Heske, responsable médias d'Oxfam pour le Territoire palestinien occupé et Israël, basée à Jérusalem : willow.heske@oxfamnovib.nl ou + 972 (0)597133646
  • Martin Hartberg, chargé de plaidoyer Oxfam, à Jérusalem : martin.hartberg@oxfamnovib.nl ou + 972 (0)545284562
  • Karl Schembri, chargé de communications, à Gaza : +972 (0)598910981