Réaction d’Oxfam au communiqué du G8

Oxfam Big Heads, golfing in the UK, June 2013

En réaction au communiqué du G8, le directeur général d’Oxfam Jim Clarken a déclaré :

« Le G8 a posé toutes les bonnes questions, mais n’a pas vraiment apporté de réponses. La fin de la fraude fiscale et des accaparements de terres est désormais écrite, mais les chefs d’État et de gouvernement du G8 doivent encore développer leur jeu pour mettre un terme au scandale, qui n’a que trop duré, de la pauvreté et de la faim dans le monde. »

Fiscalité

« Le G8 a ouvert les yeux, mais n’est pas parvenu à un accord qui puisse aider les pays les plus pauvres. En attendant, des vies sont sur le fil du rasoir. Cette année, les fraudeurs fiscaux qui dépouillent les pays riches comme les pays pauvres auront été prévenus : leurs jours sont comptés. Mais un petit coup de savon ne suffira pas à vaincre cette tache tenace que forme l’évasion fiscale. Le G8 doit, dès cette année, adopter un plan d’action pour laver le système fiscal plus blanc que blanc.

« Les populations défavorisées seront les laissés-pour-compte de la réforme fiscale à moins que le G8 ne dépasse le stade de listes confidentielles qui ne sauraient venir à bout du secret et de l’opacité. L’échange multilatéral et automatique d’informations fiscales est en passe de devenir réalité et il nous faut plus que de douces promesses d’un accord équitable pour les pays pauvres. »

Foncier

« Oxfam salue la décision audacieuse du G8 de mettre pour la première fois à l’ordre du jour la question des accaparements de terres. Les engagements d’améliorer la transparence des investissements fonciers et d’établir des partenariats avec les pays en développement pour faire progresser les droits fonciers en conformité avec les normes de l’ONU sont un pas dans la bonne direction. Mais le test décisif est encore à venir : nous verrons si ces efforts profitent réellement aux communautés vulnérables et n’ouvrent pas la porte à une multiplication des accaparements de terres.

« Après ce sommet, des mesures encore plus ambitieuses seront nécessaires pour régler la question et s’assurer que le G8 prend des mesures concrètes pour prévenir les accaparements de terres par les sociétés basées dans les pays du G8.

« Le G8 doit maintenant œuvrer à une initiative mondiale vraiment ambitieuse sur la question foncière à l’horizon 2015. Il faut réunir les bonnes personnes autour de la table pour pulvériser le secret qui mène aux accaparements de terres. »

Commerce

« Inégaux et abusifs, les accords de libre-échange et les traités d’investissement bilatéraux constituent, en l’état, une entrave aux politiques dont les pays en développement ont besoin pour lutter contre la pauvreté et compromettent les perspectives de construire un monde plus juste.

« Un potentiel accord commercial entre les États-Unis et l’Union européenne ne permettrait guère de remédier au caractère inégalitaire des règles mondiales en matière de commerce et d’investissement. Un tel accord ne ferait qu’ajouter aux problèmes, s’il devait servir de base aux nouvelles négociations commerciales bilatérales et multilatérales.

Syrie

« Les dirigeants du G8 ont souhaité montrer une certaine unité en affirmant leur volonté commune de trouver une solution politique à la crise en Syrie, et en appelant clairement à un accès humanitaire plus important pour aider le peuple syrien. Mais le plus dur reste à faire. La communauté internationale ne doit pas laisser passer cette opportunité : les Syriens ne peuvent pas être abandonnés pendant que le monde débat de la solution à apporter au conflit.

« Une feuille de route sur la conférence de paix de Genève doit impérativement être mise en place. L’ensemble des parties au conflit doit participer à la conférence, tout comme les acteurs non militarisés, y compris des représentants des femmes et des réfugiés. Les dirigeants du G8 doivent fournir sans attendre les fonds qu’ils ont promis pour soutenir les huit millions de Syriens qui ont besoin d’aide. »

Contact: 

Des porte-paroles d'Oxfam francophones, anglophones, germanophones et italophones sont à votre disposition.

Pour organiser un entretien, merci de contacter Elisa Bacciotti : 44(0)7825391453 (en anglais, français et italien).

Sur le même sujet

L'action d'Oxfam face à la crise humanitaire en Syrie

Pourquoi il est grand temps de mettre fin aux accaparements de terres