Forum économique mondial 2016, c'est quoi ?

Plus de 2 500 personnalités de tous horizons – dirigeant-e-s d’entreprise, chef-fe-s d’État et de gouvernement, représentant-e-s d’organisations internationales, membres de la société civile et du monde universitaire, journalistes et artistes – participeront au  46e Forum économique mondial,  qui se tiendra à Davos-Klosters, en Suisse, du 20 au 23 janvier. Cette édition aura pour thème « Maîtriser la quatrième révolution industrielle ».

C’est une occasion importante de faire entendre la voix des populations les plus pauvres du monde et de faire valoir leurs points de vue dans des débats avec quelques-uns des plus puissants acteurs internationaux.

Par exemple, saviez-vous que 1 % de la population possède plus que l’ensemble du reste du monde ? Et qu’à eux seuls, 62 milliardaires possèdent autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale ?

Chaque année, l’écart entre les riches et les pauvres se creuse davantage et cette tendance est alimentée par le recours aux paradis fiscaux. Pas moins de 7 600 milliards de dollars d’avoirs personnels sont cachés dans des comptes offshore, ce qui a des effets dévastateurs sur les pays les plus pauvres.

La réalité pour l'autre moitié du monde

Barbara Chinyeu, 36 ans, est une veuve qui risque sa vie tous les jours pour irriguer ses cultures et nourrir ses deux enfants. Elle vit en Zambie.

Barbara est veuve. Chaque jour, elle marche plusieurs heures pour aller chercher de l’eau et arroser les cultures qui lui permettent de nourrir ses deux enfants. Lorsque son mari était encore en vie, elle a dû vendre son bétail pour payer les soins dont il avait besoin. Elle n’a jamais eu la chance d’aller à l’école. Si elle avait fait des études, elle aurait aimé devenir infirmière ou enseignante. Barbara nous a confié se sentir « perdue ».

Mais elle sait que la situation pourrait être différente. Si chacun payait sa juste part d’impôt, nous pourrions satisfaire les besoins de base des personnes vivant dans la pauvreté, leur permettre de prendre leur vie en main et leur donner la possibilité de décider de leur avenir.

Nous avons besoin d'une réponse forte et concrète

Winnie Byanyima, directrice générale d’Oxfam, sera présente à Davos afin d’inciter les dirigeant-e-s à montrer qu’ils sont du côté du plus grand nombre et à mettre fin à la crise des inégalités que nous connaissons actuellement. Des salaires décents, une meilleure réglementation des activités du secteur financier... Nos responsables politiques peuvent adopter diverses mesures pour en finir avec une économie au service des 1 % et commencer à bâtir une économie humaine qui bénéficie à l’ensemble de la société. Les chef-fe-s d’État et de gouvernement doivent en priorité s’attaquer ensemble aux paradis fiscaux.