Vous sauvez des vies : votre aide rend visible les invisibles

Ils sont là mais nous ne les voyons pas

Cela paraît difficile à croire, car ils sont des millions et s’ils décidaient de former un Etat, celui-ci serait le 24ème pays le plus peuplé au monde. Ils seraient les citoyens du pays des Invisibles, dans lequel chacun partage une histoire qui commence toujours de la même manière : une fuite désespérée pour survivre. 

Il y a aujourd’hui plus de 59,5 millions de personnes réfugiées et déplacées dans le monde, du fait de conflits et de violences. C’est un chiffre record, qui dépasse même celui atteint pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Votre aide rend visible les invisibles

Carte du projet EUsaveLives

L’intensification des conflits, en particulier en Syrie, au Soudan du Sud et en République centrafricaine est la cause principale de cette tendance tragique. Le conflit syrien a ainsi fait à ce jour plus de 11 millions de déplacés et de réfugiés. Plus de deux millions de personnes du Soudan du Sud ont dû fuir leur foyer. Près de 1,5 million ont fait de même en République centrafricaine (source : HCR).

Derrière ces statistiques brutes, il y a des êtres humains qui ont dû fuir, laissant derrière eux leurs biens, leurs foyers, leurs amis et bien souvent leurs familles. Mettre des mots sur la désolation et la vulnérabilité auxquelles ils font face est très difficile et la visibilité de cette situation ne correspond pas à l’ampleur du problème ou au drame que ces personnes vivent. 

C’est pourquoi le Service d’Aide Humanitaire de la Commission Européenne (ECHO) et Oxfam ont collaboré sur un projet de communication innovant – Eusavelives, You Save Lives – afin de mettre en lumière les expériences des personnes déplacées et la façon dont l’aide humanitaire sauve des vies. 

En 2015, nous nous sommes concentrés sur trois des crises humanitaires les plus aigües aujourd’hui (Syrie, Soudan du Sud, République centrafricaine) pour donner un espace aux personnes qui ont été déplacées afin qu’elles racontent leurs histoires.

En parlant d’une seule voix, l’objectif était de sensibiliser les citoyens européens à la situation des réfugiés et déplacés.