Des réfugiés démunis face à la rudesse de l’hiver

Rasha*, 7 ans, tient l’une des couvertures données par Oxfam à 400 familles lors d’une distribution de colis pour l’hiver, à West Owsija, en Irak. Photo: Sam Tarling/Oxfam
Rasha*, 7 ans, tient l’une des couvertures données par Oxfam à 400 familles lors d’une distribution de colis pour l’hiver, à West Owsija, en Irak. Photo: Sam Tarling/Oxfam

Avec l’arrivée de l’hiver, les migrants et les réfugiés font face à des températures glaciales en Europe et au Moyen-Orient. Beaucoup survivent dans des tentes ou des abris de fortune, avec des infrastructures très limitées. En Grèce, en Serbie, en Jordanie et en Irak, nous distribuons des biens de première nécessité pour les aider à affronter cet hiver rigoureux.

Grèce

Selon le gouvernement grec, environ 63 000 migrants et réfugiés se trouvent actuellement en Grèce, dont plus de 15 500 sont bloqués dans les îles où la capacité des sites d’hébergement ne dépasse pas les 8 000 personnes.

Les températures ont plongé en dessous de 0 °C dans les îles et ont atteint -15 °C dans le nord du pays. Dans les îles, des milliers de personnes vivent dans des tentes, des bâtiments abandonnés ou des conteneurs.

Dans la région d’Epirus, dans le nord-ouest de la Grèce, le personnel d’Oxfam a, au cours des dernières semaines, relogé dans des lieux d’hébergements sûrs des réfugiés qui vivaient dans des tentes. Nous avons également acheté et installé des chauffe-eau et des chauffages électriques.

Nous avons réparé toitures, fenêtres et portes afin de mieux isoler les bâtiments dans lesquels les réfugiés ont trouvé abri et nous avons acheté des générateurs en prévision de coupures de courant. Outre des aides financières, nous avons également distribué des draps, des couvertures et un sèche-linge à chaque famille.

Serbie

À Belgrade, les températures polaires ont déjà atteint -20 °C cet hiver. Sur les 7 500 réfugiés et autres migrants en Serbie (selon les chiffres du HCR), environ 1 200, dont des mineurs non accompagnés, dorment dans des casernes abandonnées et des bâtiments vides à Belgrade. De nombreuses autres personnes attendent à la frontière avec la Hongrie, sans protection contre les éléments.

Les gens dorment sur des cartons, sans vêtements chauds ni couvertures. Il n’y a qu’une conduite d’eau pour desservir 1 200 personnes. Partout règne la saleté, et les feux allumés en permanence pour tenter de réchauffer tout le monde enfument l’atmosphère. La gale et les poux sévissent également.

Les équipes médicales ont rapporté des cas d’hypothermie, d’engelures et de malnutrition. À la frontière hongroise, à Horgoš et Kelebija, deux camps ont été improvisés. Faute de tentes convenables et d’infrastructures d’eau et d’assainissement, les conditions y sont inhumaines.

Face à cette situation désastreuse, nous avons commencé à apporter une aide d’urgence aux personnes se trouvant en dehors du cadre officiel et qui ne vivent pas dans les sites désignés par les autorités serbes.

1 600 bénéficiaires recevront des manteaux, bonnets, gants, écharpes, chaussures d’hiver, chaussettes en Thermolactyl, caleçons longs et pulls, ainsi que des matelas et des sacs de couchage. Nous distribuerons également des colis à Horgoš et Kelebija afin d’aider 400 personnes qui dorment dehors en attendant de pouvoir entrer en Hongrie.

Jordanie

Sans ressources ni emploi, nombre de familles syriennes et jordaniennes ont du mal à se protéger du froid. Le coût pour chauffer correctement une maison au plus fort de l’hiver dépasse les moyens de beaucoup d’entre elles. Nous avons distribué 600 « kits d’hivernage » en Jordanie pour aider les familles à survivre à l’hiver.

Chaque kit contient une bonbonne de gaz, un radiateur à gaz et un peu d’argent en liquide pour permettre de recharger les bonbonnes pendant les longs mois d’hiver. Des personnes nous ont affirmé que c’était le moyen le plus pratique de les aider à garder leur famille au chaud et au sec malgré les graves difficultés financières rencontrées.

Ali Hayyan, 33 ans, père de trois petites filles, est un réfugié syrien vivant à Zarqa, en Jordanie. En Syrie, il était professeur d’arabe.

Ali est parti de Homs avec sa femme et ses filles pour se réfugier en Jordanie en 2013. Après un bref séjour dans le camp de Zaatari, il s’est installé dans une communauté locale pour se rapprocher d’autres membres de sa famille.

“En tant que réfugiés, nous faisons face à beaucoup de difficultés, surtout que je ne peux pas trouver de travail. L'une de ces difficultés, c'est le froid glacial de l’hiver”, explique Ali.

Rania, 34 ans, et son mari Ahmad, 32 ans, sont Jordaniens. Ils vivent avec leurs six enfants, dans la région de Shweh, en Jordanie, dans des conditions épouvantables.

Nous avons pu les aider à effectuer des travaux de réparation dans leur habitation et à se chauffer correctement, malgré le froid mordant.

“Le plafond était dans un terrible état, l’eau rentrait et nous ne pouvions pas dormir, surtout avec le froid de l’hiver, se rappelle Rania. Mais avec l’aide d’Oxfam, notre situation s’est améliorée.”

Irak

Des enfants se réchauffent en brûlant des ordures dans le petit village de West Owsija, près de la ville de Qayyarah, occupée par Daesh d’août 2014 à septembre 2016. Oxfam a distribué des couvertures et des colis contenant des couches, des serviettes hygiéniques, une lampe solaire, des sous-vêtements pour femmes et des moustiquaires à 400 familles du village.

Nombre des familles qui avaient été évacuées lorsque les forces irakiennes ont repris la ville, il y a trois mois, sont désormais rentrées, mais les infrastructures font défaut et les conditions de vie sont difficiles, surtout dans le froid du nord de l’Irak, où l’hiver est court mais rigoureux.

Souvent, le conflit a détruit les habitations, les commerces et les écoles et, sans accès à aucun moyen de subsistance, beaucoup ont épuisé leurs ressources et se sont lourdement endettés. Le manque de revenus empêche les marchés de fonctionner et rares sont les familles qui peuvent manger à leur faim : même si des denrées alimentaires sont disponibles, tout le monde n’a pas les moyens de les acheter.

Aidez-nous à protéger les réfugiés du froid pendant ce rude hiver

* Prénom modifié pour préserver l’anonymat