accès à la terre

accès à la terre

Petronila Sandi a toujours vécu à Nuovo Andoas, au Pérou. Elle défend les droits fonciers de son peuple.

Arrachés à leurs terres

En Amérique latine, combattre les inégalités suppose de s’attaquer à l’extrême concentration des terres, en termes d’accès et de contrôle, ainsi que d’améliorer la distribution des bénéfices tirés de leur exploitation.

Nous devons soutenir Rathnamali et la communauté de Paanama afin qu'ils récupèrent leurs terres.

Rathnamali, du Sri Lanka: “Nous devons gagner cette bataille pour nos enfants”

Au Sri Lanka, il y a six ans, des agriculteurs et pêcheurs d’un village côtier ont été expulsés de force de leurs terres, qui servent dorénavant à promouvoir le tourisme. Parmi eux, Rathnamali et sa famille qui, depuis, vivent dans des conditions difficiles. Soutenez Rathnamali, rejoignez la campagne Défendons le droit à la terre.

Teddy, l’emblématique et fervent chef de la communauté quechua de Nuevo Andoas, un village péruvien de la jungle amazonienne.

La terre, c'est la vie: la lutte du peuple quechua pour ses droits fonciers

Ce document souligne l’injustice à laquelle sont confrontés les Quechuas de la région de Nuevo Andoas, au Pérou. Il fait écho à la demande qu’ils ont adressée au gouvernement de leur délivrer un titre foncier couvrant l’intégralité de leur territoire, et de leur verser une compensation pour les préjudices causés par l’industrie pétrolière.

Parvenir à l’égalité des sexes en matière de propriété foncière contribuerait à l’autonomisation des femmes. Photo : Luz Evelia Godines Solano, productrice de café au Nicaragua.

Pourquoi les droits fonciers collectifs nous concernent toutes et tous

Pour les communautés locales et les peuples autochtones, le droit à la terre n'est pas seulement un concept abstrait, c'est aussi une question de survie. Trop souvent, ce droit est ignoré ou bafoué. Et cela nous affecte toutes et tous. Découvrez pourquoi et rejoignez notre campagne pour faire la différence.

Toute vie dépend des ressources naturelles disponibles sur la planète. Pourtant, nous continuons à les consommer à un rythme 50 % plus rapide que celui nécessaire à leur renouvellement.

Pages

Subscribe to RSS - accès à la terre