Népal

nepal

Avec ses 30 millions d’habitantes et habitants, le Népal est l’un des 40 pays les moins développés, classé 157e sur 187 pays selon l’indice de développement humain 2011 des Nations unies. Selon les estimations, 55% de la population népalaise vit en dessous du seuil de pauvreté. 37% des Népalais et Népalaises sont considérés en situation d’extrême pauvreté.

Nous nous efforçons de réduire la pauvreté et d’améliorer le bien-être des populations vulnérables au Népal en renforçant leur participation aux processus de développement et de gouvernance et en encourageant les changements politiques, institutionnels, sociaux et économiques.

Dominé par l’Himalaya, 9 des 14 plus hauts sommets dans le monde se trouvant sur son territoire, le Népal abrite plus de 60 groupes ethniques qui parlent plus de 110 dialectes. Les principales causes de la pauvreté sont :

  • Les inégalités
  • La discrimination et l’exclusion des femmes et des minorités
  • L’amélioration trop lente des services essentiels et des moyens de subsistance des populations les plus pauvres et les plus isolées
  • La faiblesse des institutions gouvernementale et de la gouvernance
  • Les conflits
  • La grande vulnérabilité face aux catastrophes

Bien que le Népal soit encore dans une période de transition constitutionnelle et politique, des progrès considérables en termes de développement ont été réalisés. Les besoins du Népal sont désormais reconnus, avec des engagements clairs pour un avenir beaucoup plus équitable et inclusif. La représentation des femmes et des minorités au parlement est aujourd’hui une priorité et des politiques fondamentales mettent l’accent sur l’autonomisation et la participation aux niveaux local et national. 

Oxfam au Népal

Nos équipes présentes au Népal sont mobilisées pour fournir une aide d'urgence à la suite du séisme qui a dévasté le pays le 25 avril. Votre soutien est vital.

Oxfam travaille au Népal depuis les années 1980 et met en œuvre un ensemble de projets destinés à lutter contre la pauvreté et les injustices que connaissent les femmes et d’autres catégories de populations exclues. Depuis le rétablissement de la démocratie en 1990, la société civile peut travailler plus facilement dans un contexte politique nouveau et nous avons pu intensifier notre action de façon significative. Nous concentrons nos efforts dans les domaines suivants :

  • promotion de la justice de genre et des droits des minorités ;
  • partenariats avec les organisations de la société civile locale et le gouvernement afin de promouvoir les moyens de subsistance ruraux and la résilience des communautés vulnérables face aux catastrophes et aux chocs climatiques ;
  • autonomisation des communautés et individus, en particulier les femmes, pour qu’elles soient à même de négocier avec les autorités et décideurs, qu’elles puissent influencer les processus de décision et qu’elles soient capables de faire valoir leurs droits et d’accéder aux services essentiels.