Inégalités en Asie : Un exil sans lieu

Un exil sans lieu

Auteur-e : 
Exiledtonowhere.asia

La croissance économique rapide de l’Asie au cours des vingt dernières années a souvent été qualifiée de grand tournant pour le monde. Selon Oxfam, le PNUD et nombre d’éminents économistes, la croissance économique tant vantée de l’Asie est trompeuse. Elle s’accompagne en fait d’une forte montée des inégalités et de la pauvreté, qui entraîne les personnes les plus marginalisées dans un exil sans lieu. Pour faire court, une minorité continue de s’enrichir, pendant que la majorité s’enfonce dans la pauvreté.

Le classement des îles Surin en parc national, en 1981, limite l’exploitation des arbres que les Moken utilisent pour construire leurs maisons et leurs bateaux traditionnels. Une limitation de leurs activités de pêche et de glanage a également été imposée bien que leur mode de vie n’entraîne pas de surexploitation des ressources naturelles.

Alors que les mots « mon », « je veux » ou « prendre » n’existent pas dans leur culture, la modernité s’est déjà révélée préjudiciable à leur survie.

Le microsite www.exiledtonowhere.asia et son contenu ont été commandés et financés par Oxfam afin de dresser un tableau indépendant des inégalités en Asie. Toutefois, les informations présentées et les opinions exprimées ne reflètent pas nécessairement les positions d’Oxfam et ne sauraient être perçues ni rapportées comme telles. Pour des informations officielles sur la campagne d’Oxfam contre les inégalités, consultez la page À égalité !