Violences faites aux femmes et aux filles: la jalousie n'est pas une excuse

Violences faites aux femmes: #JalousiePasUneExcuse

Lorsque les jeunes gens pensent que les femmes prouvent leur amour en pardonnant et que les hommes prouvent le leur en contrôlant les femmes, alors l’amour se transforme en jalousie. Et la jalousie devient une excuse pour les violences faites aux femmes et aux filles.

En Bolivie, 32% des jeunes pensent que la jalousie est une preuve d'amour, 42% estiment que la surveillance des téléphones portables empêche l'infidélité et 38% croient que les filles sont victimes de viols parce qu'elles s'habillent de façon provocante.

De même, ailleurs dans le monde, la jalousie est avancée comme une justification aux violences faites aux femmes et aux filles. Si certaines personnes la ressentent dans leurs relations personnelles mais restent capables de communiquer avec leur partenaire, d'autres l'utilisent comme une excuse pour employer la violence, y compris la contrainte physique ou les abus sexuels.

Cela suffit!

Cette année, dans le cadre d'une campagne de 16 jours contre les violences liées au genre, de jeunes militants boliviens ont conçu cette expérimentation sociale, "Los celos no son excusa" (la jalousie n'est pas une excuse) pour montrer comment la jalousie est employée comme une excuse pour justifier de telles violences.

Aidez-nous à créer une nouvelle normalité : la jalousie ne doit pas justifier la possessivité ou la violence.

Partagez cette vidéo et dites #JalousiePasUneExcuse !