Comment les femmes rurales font face au changement climatique en Amérique latine et aux Caraïbes

dominicana rural women climate change

Le changement climatique constitue l’une des principales menaces pour la justice alimentaire, les moyens de subsistance traditionnels et la vie des populations. Les effets du changement climatique en Amérique latine sont de plus en plus inquiétants, notamment dans le secteur agricole et forestier, très dépendant des conditions météo. D’où le développement d’une vulnérabilité économique, sociale, environnementale et politique dans la région, qui compromet la sécurité alimentaire et humaine et sape les conditions de base nécessaires à la réduction de la pauvreté. Quasiment tous les pays de la région ont subi les conséquences d’événements météorologiques extrêmes au cours des dernières années.

Les études de vulnérabilité au changement climatique dans la région indiquent que les épisodes de sécheresse et les inondations s’intensifient. Elles montrent également que les catastrophes naturelles deviennent non seulement plus extrêmes, mais aussi plus fréquentes. Que la superficie des glaciers recule, ce qui réduit la disponibilité en eau pour la consommation humaine, pour l’agriculture et l’élevage, et pour la production d’électricité. Que le processus d’érosion et de dégradation des sols se poursuit à un rythme soutenu. Les femmes rurales et autochtones jouent un rôle important face au changement climatique, notamment dans la sécurité alimentaire, à l’échelle tant familiale que nationale, et dans les efforts d’adaptation au changement climatique. Les effets de ce phénomène touchent tout le monde de différentes manières. Mais la discrimination sexuelle rend les femmes plus vulnérables encore. C’est particulièrement le cas des femmes rurales et autochtones, dont les conditions de vie et la marginalisation aggravent les risques.

En Amérique latine, 58 millions de femmes vivent en milieu rural. Cependant, seulement 30 % d’entre elles possèdent des terres agricoles et moins de 5 % ont accès à une aide technique. Une meilleure conception des politiques publiques d’adaptation au changement climatique, tenant réellement compte des besoins des femmes, permettra sans aucun doute de réduire les inégalités qui accentuent cette vulnérabilité.

Cette exposition se compose de photographies prises dans différents pays d’Amérique latine et des Caraïbes, qui témoignent des effets du changement climatique sur les femmes rurales dans la région et des moyens que celles-ci mettent en œuvre pour s’adapter.

Brésil : Maria Nazareth en plein conflit foncier

La femme sur cette photo s’appelle Maria Nazareth dos Santos. Elle fait partie d’une communauté traditionnelle de Sirinhaém, dans le nord-est du Brésil (État du Pernambuco), dont les terres sont occupées par une plantation de canne à sucre. Oxfam a mis en lumière cette affaire dans sa campagne « La face cachée des marques ». Le nord-est du Brésil comptera en fait parmi les régions les plus touchées par le changement climatique, ce qui devrait exacerber les conflits relatifs aux terres fertiles. Photo : Tatiana Cardeal 

Nicaragua : Repenser l’agriculture

Au Nicaragua, le changement climatique oblige les femmes à repenser leurs pratiques agricoles. L’agroécologie et les jardins potagers sont deux solutions qui permettent aux femmes de produire des aliments sains pour elles et pour leur famille. Photo : Mathieu Gagnon/Oxfam

Cuba : Des agricultrices qui utilisent l’énergie solaire

Les femmes photographiées ici sont des agricultrices qui mettent en œuvre des systèmes d’irrigation à énergie solaire et de culture à l’ombre, deux techniques d’adaptation au changement climatique.

Coopérative Justo Bruzón, dans la commune de Jesús Menéndez, province de Las Tunas. Photo : Marta Rodrigues/Oxfam

Coopérative Mártires del Moncada, dans la commune de Gibara, province d’Holguín. Photo : Marta Rodrigues/Oxfam

Bolivie : En route pour le marché

Tous les matins, Delfina se lève tôt pour aller vendre sa récolte au marché de Riberalta. Sa production est moins importante qu’avant en raison des sécheresses plus longues et des fortes pluies qui provoquent des inondations. Chaque jour, elle quitte son village, situé dans le département de Pando, en compagnie de son petit-fils. Elle prend un taxi moto, puis le bateau pour traverser le fleuve. À Beni, elle prend un deuxième taxi moto pour arriver à destination. Photo : Alexandre Laprise

Mexique : Sans eau, pas de récolte

Veracruz, Mexique, région du Totonacapan. La population se trouve confrontée à de graves problèmes d’eau, dont l’approvisionnement ne suffit pas pour les cultures. Photo : Miguel Bracho/Oxfam Mexico

Photo : Miguel Bracho/Oxfam Mexico

El Salvador : Porteuse d’eau, porteuse de vie

Photo : The Guardian

Photo : René Figuero/Creativos

Pérou : Protéger la pomme de terre des Andes

Pommes de terre des Andes, Cuzco, Pérou. Photo : ANPE Perú

Des agricultrices protègent les pommes de terre du froid, en montagne, Cuzco, Pérou. Photo : ANPE Perú