General Mills s’engage résolument 
dans la lutte contre le changement climatique

Oxfam se félicite de l’engagement annoncé aujourd’hui par General Mills de mettre en œuvre des mesures phares de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans ses chaînes d’approvisionnement et de faire pression en faveur d’un renforcement des politiques de lutte contre le changement climatique. Cette annonce intervient après que plus de 230 000 personnes ont signé une pétition et se sont mobilisées dans le cadre de la campagne d’Oxfam appelant les entreprises du secteur agroalimentaire à peser de tout leur poids dans la lutte contre le changement climatique.

General Mills, qui fabrique les marques Cheerios, Häagen-Dazs et Géant Vert, est l’une des dix plus grandes entreprises mondiales du secteur agroalimentaire. Les engagements annoncés aujourd’hui en font le premier des « géants » de l’agroalimentaire à définir, sur la base des données scientifiques, des objectifs à long terme pour réduire les émissions dans l’ensemble de ses activités et de ses chaînes d’approvisionnement pouvant avoir un impact sur l’objectif de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2 °C. Surtout, ces objectifs comprennent l’engagement de réduire les émissions de GES du « périmètre 3 », lesquelles représentent 92 % des émissions générées par les chaînes d’approvisionnement de l’entreprise, l’accent étant mis sur la production agricole. 

General Mills a également souscrit à la Déclaration en faveur du climat et a intégré le comité directeur de Business for Innovative Climate and Energy Policy (BICEP), une coalition d’entreprises de premier plan s’employant à favoriser l’adoption d’une législation significative dans les domaines du changement climatique et de l’énergie. Kellogg, l’autre entreprise ciblée par la campagne d’Oxfam, ne s’est pas encore penchée sur les problèmes mis en lumière par le rapport d’Oxfam intitulé Les bras croisés.

« Aujourd’hui, General Mills s’impose avec résolution comme un fer de lance du secteur dans la lutte contre la menace réelle et bien présente que pose le changement climatique pour notre système alimentaire, se réjouit Monique van Zijl, responsable de la campagne d’Oxfam intitulée La face cachée des marques. Au lieu d’assister en spectateur à la détérioration des conditions de production qui menace de plus en plus dangereusement ses affaires et notre alimentation à toutes et tous, General Mills cherche à faire partie intégrante de la solution. Que les responsables politiques et les autres acteurs du secteur en prennent bonne note.

« Cela ne serait pas arrivé sans la mobilisation remarquable de personnes exaspérées par l’inaction de trop d’entreprises agroalimentaires et d’États face au changement climatique. C’est une nouvelle preuve que les consommatrices et les consommateurs peuvent vraiment faire évoluer les méthodes des entreprises quand ils élèvent la voix. »

Oxfam se réjouit de l’engagement de General Mills de lutter contre le changement climatique, notamment des promesses suivantes :

  1. Définir et rendre public un objectif de réduction du total des émissions de GES dans ses chaînes d’approvisionnement, y compris les émissions des périmètres 1, 2 et 3, d’ici août 2015, l’accent étant mis sur la réduction des émissions agricoles.
     
  2. Viser un objectif de zéro déforestation nette dans les chaînes d’approvisionnement à haut risque, à l’horizon 2020. Cet objectif vient compléter ses engagements précédents concernant l’huile de palme et les emballages, les étendant à d’autres chaînes d’approvisionnement qui présentent un risque élevé de déforestation et de dégradation des sols, dont le bœuf, le soja et le sucre de canne. 
     
  3. Rendre public les noms de ses trois premiers fournisseurs d’huile de palme et de sucre de canne.
     
  4. Participer à l’initiative de divulgation des émissions Carbon Disclosure Project (CDP), qui implique d’établir des rapports annuels sur les émissions du périmètre 3 et de répondre aux demandes d’informations sur la gestion des ressources forestières. 
     
  5. Promouvoir publiquement l’adoption de politiques publiques et sectorielles efficaces, par exemple en encourageant ses homologues à souscrire à l’engagement de zéro déforestation nette dans le cadre du Consumer Goods Forum.
  6. Adhérer à BICEP et souscrire à sa Déclaration en faveur du climat.
     
  7. Passer régulièrement en revue les déclarations et les politiques de l’entreprise afin d’assurer leur conformité avec les objectifs et plans d’atténuation et les initiatives d’adaptation. Rendre compte des activités liées à la gouvernance climatique, lorsqu’il y a lieu.
     
  8. Évaluer les pratiques de ses fournisseurs pour les matières premières à haut risque et, s’il y a lieu, prendre les mesures nécessaires pour remédier aux problèmes patents.

Le détail de ces engagements peut être consulté en anglais à l’adresse suivante : http://www.generalmills.com/en/Responsibility.aspx

Étant l’une des grandes pointures du secteur agroalimentaire mondial, General Mills a un pouvoir d’influence considérable sur ses fournisseurs et les moyens de contribuer au renforcement des normes du secteur. Selon le rapport d’Oxfam, les émissions cumulées des dix principales entreprises agroalimentaires sont si importantes que, si ces dix géants formaient un pays, ils se placeraient au 25e rang mondial des pollueurs. Le rapport pointait en outre des affaires, au Liberia et en Indonésie, où des fournisseurs d’huile de palme de General Mills et de Kellogg sont accusés d’avoir défriché par le feu des terrains forestiers. À la lumière de ces nouveaux engagements, Oxfam attend de l’entreprise qu’elle règle ce problème avec ses fournisseurs.

Kellogg, l’un des principaux concurrents de General Mills, fait l’objet d’une pression croissante de la part du public qui tient à ce que ces entreprises prennent des mesures concrètes. General Mills montre que seul le manque de volonté politique retient les entreprises du secteur agroalimentaire d’intensifier leur lutte contre le changement climatique.

« Nous félicitons General Mills d’avoir fait ce premier pas crucial, déclare Monique van Zijl. Nous suivrons avec grand intérêt les mesures concrètes que prendra l’entreprise pour honorer ses promesses. La balle est à présent dans le camp de Kellogg ; il lui appartient de répondre à l’appel à l’action lancé par des centaines de milliers de personnes. »

Notes aux rédactions

1. Consultez le détail des engagements de General Mills à l’adresse suivante (en anglais uniquement) : http://www.generalmills.com/en/Responsibility.aspx

Le détail pour la target de GHG (en anglais uniquement)  : http://www.generalmills.com/Responsibility/Environment/climate/GHG_emissions.aspx

2. Le rapport d’Oxfam sur les liens entre le changement climatique et l’industrie agroalimentaire

3. Le classement des entreprises du secteur agroalimentaire, réalisé par Oxfam dans le cadre de sa campagne La face cachée des marques.

Contact

Ben Grossman-Cohen; Bureau: +1 (202) 777 2907; bgrossman-cohen@oxfamamerica.org