Oxfam appelle les responsables européens à faire preuve de solidarité et à garder le sens des proportions

Il convient de mettre en perspective le nombre de réfugiés arrivant en Europe, estime Oxfam qui appelle les pays riches à tendre la main aux réfugiés et aux communautés pauvres des pays voisins de la Syrie, qui ploient de plus en plus sous le poids de la crise. 

L’Union européenne a une population au moins 100 fois plus nombreuse que celle du Liban, par exemple, et une économie 400 fois plus importante. Pourtant, ce minuscule pays accueille largement plus de trois fois le nombre de réfugiés arrivés en Europe cette année.

« L’Europe connaît une crise de volonté politique, et non une crise des réfugiés ; elle a clairement les ressources et les moyens d’accueillir les personnes qui arrivent sur ses côtes. Ce sont plutôt les millions de personnes ayant fui les violences en Syrie et peinant chaque jour à trouver un abri sûr et de la nourriture qui vivent une crise sans précédent », souligne Andy Baker, directeur de la réponse d’Oxfam à la crise syrienne.

En 2015, la moitié des 400 000 personnes qui ont entrepris le voyage dangereux vers l’Europe sont d’origine syrienne. La grande majorité des 4 millions de réfugiés syriens vivent dans des camps informels ou louent des logements insalubres dans les pays limitrophes de la Syrie, notamment en Jordanie et au Liban, où les infrastructures et les services publics atteignent leur extrême limite. 

« Le soutien que le public européen a manifesté à l’égard des réfugiés a sans nul doute marqué un tournant. Il a enfin poussé les responsables politiques à prendre les mesures de réinstallation des réfugiés qui s’imposaient. Nous nous en réjouissons. C’est une bouée de sauvetage pour des milliers de personnes. Mais pour pouvoir vraiment les aider, il faut leur offrir des voies d’accès sûres et légales à des pays tiers. Il faut considérablement renforcer l’intervention humanitaire et concerter les efforts pour mettre un terme aux terribles violences qui déchirent la Syrie et continuent d’alimenter cette catastrophe humaine tentaculaire.

« Face à la réduction des aides, à l’incertitude de leur situation au Liban et à l’enlisement du conflit en Syrie, de plus en plus de réfugiés syriens avec lesquels nous travaillons au Liban disent envisager de partir et s’embarquer sur des bateaux de fortune au péril de leur vie dans l’espoir d’un avenir meilleur. Ils n’ont plus d’autre choix et prennent cette décision désespérée en dernier recours », explique Fran Beytrison, directrice pays d’Oxfam au Liban. 

Les réfugiés syriens qui ont épuisé leurs ressources sont de plus en plus tributaires de l’aide humanitaire. Mais il manque actuellement plus de 60 % des fonds nécessaires pour porter assistance aux syriens déplacés. Les organisations humanitaires doivent donc considérablement réduire leurs opérations. 

« Dans un pays aussi petit que le Liban, c’est une crise tant pour les réfugiés, dont la vie ne tient plus qu’à un fil, que pour les Libanaises et Libanais vulnérables. Une action concertée est nécessaire pour éviter que la crise ne prenne des proportions encore plus grandes », prévient Fran Beytrison.

Notes aux rédactions

  • Selon la Banque mondiale, le PIB de l’UE s’élevait à plus de 18 000 milliards de dollars en 2014, pour une population de 50 millions d’habitants. La même année, le Liban affichait un PIB d’environ 45 milliards de dollars pour une population de 4 millions.
  • Depuis 2013, Oxfam s’emploie à aider les Syriennes et Syriens en Jordanie, au Liban et en Syrie dans le cadre de programmes « eau, assainissement et hygiène ». Nous distribuons également des bons alimentaires, des bons échangeables contre de l’argent liquide et des articles pour l’hiver.
  • L’an dernier, Oxfam a appelé les pays riches à offrir d’ici à la fin 2015 une solution de réinstallation ou une forme d’admission à 5 % de la population réfugiée dans les pays voisins de la Syrie, soit environ 200 000 personnes, dans le cadre d’un engagement pluriannuel. Seulement 27 000 réfugiés ont bénéficié de mesures de réinstallation.

Contact

Joelle Bassoul: jbassoul@oxfam.org.uk, +961 71525218

Attila Kulcsar: attila.kulcsar@oxfaminternational.org, +44 7471 142974