Le nouveau président et la communauté internationale doivent prioriser la protection des civils en République centrafricaine

Ce dimanche, les Centrafricains éliront un nouveau président. Sa première tâche devra être de mettre fin à la violence qui continue de dévaster le pays et de fournir une meilleure protection à la population épuisée par cette situation. Cela ne sera possible qu'avec le soutien sans faille de la communauté internationale.

La situation dans le pays est désastreuse. Au moins six mille personnes ont été tuées depuis que la violence a éclaté en mars 2013. L'accès facile aux armes à travers le pays rend quotidiennes les attaques contre des civils par des groupes armés multiples et fragmentés. Entre janvier et octobre 2015, 60.000 cas de violence contre les femmes et les enfants ont été rapportés – ce qui équivaut à 200 par jour.

Le nombre de personnes qui luttent pour se nourrir et avoir accès aux moyens d'existence a doublé au cours de l'année écoulée laissant plus de la moitié de la population affamée. Au cours des dernières semaines, l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) a intensifié ses attaques, enlevant des dizaines de personnes, dont des enfants, et déplaçant plus de 2.200 personnes supplémentaires. Malgré certaines améliorations de la situation sécuritaire dans certaines localités au cours de la transition, un Centrafricain sur cinq demeure déplacé.

Le Directeur Pays d'Oxfam en République centrafricaine, Ferran Puig a déclaré que « les groupes armés ont été chassés des villes vers les zones rurales par la présence des casques bleus. Les communautés vivent dans la peur de leurs exactions fréquentes, et sont incapables de reconstruire leurs moyens de subsistance. Dans les villes, des criminels de droit commun et les groupes d'autodéfense font en sorte que la violence continue. Tout cela est aggravé par une grande prolifération d'armes. La sécurité et la protection doivent être au cœur de l'agenda du nouveau président».

«Les soldats de la paix de l'ONU doivent réagir rapidement aux menaces multiples et changeantes à travers la RCA. Une meilleure coordination est nécessaire avec la  Force régionale d'intervention de l'Union africaine opérant également dans le pays, incluant les initiatives visant à renforcer la protection des civils dans tous les domaines, avec un accent particulier sur la communication avec les communautés», a déclaré Puig.

Aujourd'hui, seuls 2.100 sur potentiellement des dizaines de milliers de combattants ont été enregistrés pour le programme national de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement (DDRR).

"Les armes doivent être collectées auprès des combattants et non-combattants de même que l'ensemble du processus doit être accéléré. Le nouveau gouvernement centrafricain doit travailler en étroite collaboration avec les gouvernements de la région et la communauté internationale doit immédiatement fournir un financement. L'annonce initiale du processus de DDRR a créé de nombreuses attentes. Plusieurs groupes ont été démobilisés mais ont conservé leurs armes et attendent le début du processus. Le retard pousse certains individus à attaquer les civils et les ONG", a déclaré Puig.

Notes aux rédactions

Des photos pertinentes de la RCA peuvent être trouvées ici 

Une commission d'enquête des Nations Unies a présenté au Conseil de sécurité des Nations Unies le 19 Décembre 2015, un rapport qui a identifié 6.000 morts liés au conflit qui a débuté en 2013.

Un groupe inter-agence dirigée par le Fonds des Nations Unies (UNFPA) a enregistré 60.000 cas de violences sexuelles et de genre entre Janvier et Octobre 2015. La moitié d'entre eux sont des cas de violence sexuelle. Ceci est l'équivalent de 200 femmes et enfants victimes de violence et d'abus de tous les jours http://www.unhcr.org/5669a3a66.html

2,5 millions de personnes, plus de la moitié de la population, souffrent de faim, selon le PAM http://www.wfp.org/news/news-release/half-population-central-african-republic-faces-hunger-wfp-warns

2,7 millions de personnes (59% de la population) ont besoin d'aide humanitaire, et n'ont pas accès à leurs besoins de base pour de l'eau, la nourriture, les soins de santé et l'éducation.

452.000 personnes sont déplacées à l'intérieur, tandis que plus de 450.000 personnes ont cherché refuge dans les pays voisins
http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Bulletin_Hunanitaire_7_version_fran_aise.pdf

2107 ex-combattants ont jusqu'à présent participé à la phase actuelle du programme national de Désarmement, Démobilisation, Rapatriement et Réintégration (DDRR). 929 à Bangui et 1178 à Kaga-Bandoro, Bria, Bambari, Bouar et Birao.
http://minusca.unmissions.org/sites/default/files/note_info_confpress_13jan2016.pdf 

Oxfam travaille en RCA depuis 2014 et met en œuvre des projets de sécurité alimentaire et les moyens d'existence, de protection et genre, d'accès à l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans la capitale, Bangui, à Bria et Paoua.

Contact

Pour plus d'informations ou pour organiser une entrevue, s'il vous plaît contacter: 

Maria J. Agejas | Media Officer | medocf@oxfamintermon.org | +236 72 85 09 55