Second mandat à la tête d’Oxfam International pour Winnie Byanyima

Winnie Byanyima a accepté un deuxième mandat de cinq ans à la direction générale d’Oxfam International, proposé par le Conseil de supervision d’Oxfam.

Winnie avait rejoint Oxfam en 2013, venant de l’Organisation des Nations unies et après avoir siégé au parlement ougandais pendant onze ans et à la Commission de l’Union africaine.

Juan Alberto Fuentes, président d’Oxfam, a déclaré : « Nous sommes enchanté-e-s. Winnie est une guide visionnaire dans la lutte contre les inégalités et la pauvreté, et une véritable source d’inspiration pour nos équipes et nos partenaires à travers le monde. Nous nous réjouissons de poursuivre notre collaboration avec elle dans nos efforts pour contribuer à l’élaboration de solutions durables à l’injustice de la pauvreté.

Winnie s’est dite honorée et touchée par la confiance du Conseil dans sa capacité à poursuivre cette « aventure si passionnante et mouvementée ». Elle se sent en particulier le devoir de « continuer à lutter pour les femmes et les filles des pays du Sud confrontées à la pauvreté et à l’injustice ».

« Je n’ai jamais autant apprécié une fonction que celle que j’occupe à Oxfam, a-t-elle confié, ajoutant que le personnel, les partenaires et les bénévoles d’Oxfam en font une « organisation tenace et pragmatique... qui ne tolère pas la pauvreté et l’injustice et qui veut s’attaquer aux causes profondes de ces problèmes », autant d’aspects qui « correspondent à mes valeurs et à mon vécu ».

« Je suis extrêmement fière de ce dont nous avons hérité et de la façon dont nous avons continué à le faire fructifier ces cinq dernières années. » Elle estime qu’Oxfam a « ouvert les yeux du monde sur les dangers posés par l’aggravation des inégalités extrêmes » et a la certitude que les coalitions que l’organisation contribue à former et à diriger gagneront encore en force et pourront inverser la tendance et réduire les inégalités qui pèsent sur les populations. Winnie a également souligné les victoires d’Oxfam dans les domaines des industries extractives, des droits fonciers, de l’adaptation au changement climatique et surtout de la défense des droits des femmes, ainsi que l’efficacité de ses interventions face aux urgences humanitaires.

Lors de son premier mandat, Winnie a initié la restructuration « One Oxfam » qui vise à mieux équilibrer l’organisation à l’échelle mondiale, avec une plus grande représentation et influence des pays du Sud, et à transformer les processus décisionnels de façon que les décisions se prennent au plus près des équipes pays d’Oxfam. Oxfam a accueilli en son sein de nouveaux affiliés au Brésil et en Afrique du Sud, ainsi qu’un nouveau membre observateur en Turquie. Le siège d’Oxfam International a récemment été relocalisé au Kenya. « C’est essentiel pour notre mission, car pour influencer le changement, nous devons afficher la plus haute intégrité », a-t-elle expliqué.

Au cours des cinq prochaines années, Winnie souhaite étendre et approfondir l’action d’Oxfam en faveur des droits des femmes, et donner plus de poids à la prévention dans le travail humanitaire d’Oxfam, notamment en renforçant la résilience des populations face aux crises toujours plus graves et nombreuses.

Elle a affirmé son intention de pousser Oxfam à faire preuve d’une plus grande ambition dans sa compréhension et son utilisation du considérable vivier de connaissances que représentent son personnel, ses partenaires et ses bénévoles du monde entier, ajoutant : « Notre savoir est notre pouvoir de changer le monde ». Elle s’est en outre réjouie de voir se concrétiser les investissements d’Oxfam dans de nouvelles technologies apportant de la souplesse. Enfin, elle a promis de tout mettre en œuvre pour davantage confier l’avenir d’Oxfam aux jeunes du Sud, qui sont « les architectes de nos économies et de nos sociétés du futur ».

Notes aux rédactions

Suivez Winnie Byanyima sur LinkedIn et Twitter.

Contact

Nabil Ahmed | nabil.ahmed@oxfam.org | +44 7471 142971

Pour en savoir plus, suivez @Oxfam.