G7: la France ne doit pas se cacher derrière la reculade des Etats-Unis pour se dédouaner de ses engagements climatiques 

En préparation du sommet du G7 qui aura lieu à Biarritz fin août, les ministres de l’Environnement des sept pays membres se réuniront les 5 et 6 mai prochains à Metz.  

À cette occasion, alors que la France a fait de la lutte contre les inégalités le thème central de cette année, Oxfam France appelle le G7 à intégrer aux discussions les enjeux climatiques, en particulier la question des financements pour le climat, afin de garantir des résultats ambitieux lors du Sommet des chefs d’Etat.  

Pour Armelle Le Comte, responsable de plaidoyer climat à Oxfam France : 

"Alors qu’Emmanuel Macron fait l’impasse au niveau national sur des mesures concrètes à la hauteur du défi climatique, il ne doit pas se servir du comportement irresponsable des Etats-Unis comme d’une nouvelle excuse pour éviter de parler des enjeux climatiques lors du G7. Au contraire, le président français a le devoir de tenir tête au Président Trump et d’œuvrer pour obtenir des avancées notables.  

Les pays du G7 figurent parmi les 20 plus grands émetteurs de gaz à effet de serre de la planète alors que les pays les plus pauvres, déjà les plus durement touchés par les impacts des changements climatiques, ne sont responsables que de 10% des émissions de dioxyde de carbone (1).  

Les évènements climatiques destructeurs se multiplient à travers le monde, comme les cyclones Idai et Kenneth au Mozambique, laissant des millions de personnes sans foyer ni nourriture. Pourtant, les promesses de financement visant à aider les pays pauvres à s’adapter et à protéger leur population ne sont toujours pas tenues. Seulement 20% des financements climat sont actuellement consacrés à l’adaptation (2).  

Enfin, ces grandes puissances ne peuvent rester sourdes aux voix de la communauté scientifique et de la société civile, mobilisées depuis plusieurs mois pour marteler l’urgence climatique et appeler au sursaut des gouvernements." 

Notes aux rédactions

Oxfam demande aux pays membres du G7 – et en particulier à la présidence Française -  de se montrer exemplaires, en agissant dès à présent pour mettre en œuvre l’Accord de Paris et en affichant des ambitions plus élevées : 

les Etats doivent s’engager dès maintenant à réduire leurs émissions afin d’atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre avant 2050, et présenter des feuilles de route concrètes pour éliminer leurs subventions aux énergies fossiles. 

les Etats doivent publier une feuille de route claire dans laquelle ils réaffirmeront et préciseront la façon dont ils vont mobiliser les 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour soutenir l’action climatique dans les pays en développement et s’engager à augmenter leurs financements pour l’adaptation afin d’atteindre un équilibre entre atténuation et adaptation.  

Afin de créer un effet d’entraînement en vue de la conférence de recapitalisation du Fonds Vert prévue en octobre 2019, les pays du G7 doivent aussi être prêts à annoncer un doublement de leurs engagements financiers en faveur du Fonds, à l’image de ce qu’a déjà annoncé l’Allemagne. 

1. https://www-cdn.oxfam.org/s3fs-public/file_attachments/mb-extreme-carbon-inequality-021215-en.pdf 

2. OCDE, Le financement climatique des pays développés aux pays en développement. Flux publics en 2013-17, 2018 

Contact

Noélie Coudurier, responsable de campagne climat, Oxfam France – ncoudurier@oxfamfrance.org – 06 17 34 85 68