Les #ParadisePapers mettent en lumière la faiblesse des tentatives de mettre fin aux pratiques d’évasion fiscale

Oxfam estime que, pour en finir avec les scandales fiscaux, tels que les Paradise Papers publiés aujourd’hui, les responsables politiques doivent impérativement faire primer l’intérêt des populations qu’ils représentent sur celui des grandes entreprises et des super-riches.

Pour Susana Ruiz, responsable de plaidoyer justice fiscale pour Oxfam :

« Le scandale des Paradise Papers met en évidence la mollesse avec laquelle nos gouvernements tentent d’arrêter les pratiques d’évasion fiscale. Sous la pression des grandes entreprises et des super-riches, les discours volontaristes de la classe politique ne se sont traduits que par des réformettes.

« L’évasion fiscale alimente la pauvreté et les inégalités. Lorsque des super-riches et des grandes entreprises comme Apple, Nike et Glencore se soustraient à l’impôt, les contribuables ordinaires, et notamment les plus pauvres, en paient le prix. L’évasion fiscale des seules entreprises coûte chaque année au moins 100 milliards de dollars aux pays pauvres. Cette somme pourrait permettre de scolariser 124 millions d’enfants et de sauver la vie d’au moins six millions d’enfants.

« Nos responsables politiques doivent impérativement placer l’intérêt général au-dessus des grandes entreprises et des super-riches. Ils doivent conjuguer leurs efforts à l’encontre des paradis fiscaux et établir une liste noire mondiale mettre en place la transparence fiscale pour que l’on puisse savoir clairement si les grandes entreprises et les super-riches paient leur juste part d’impôt, et lancer une nouvelle série de réformes permettant de construire un nouveau système fiscal au service du plus grand nombre, et non d’une petite minorité. 

« Les gouvernements doivent également ouvrir des enquêtes publiques nationales sur les pratiques révélées par les Paradise Papers, afin de déterminer comment renforcer ou réformer les législations nationales de manière à mettre un terme à l’évasion fiscale. » 

 

 

Notes aux rédactions: 

Les Paradise Papers, une enquête internationale coordonnée par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), révèlent des informations sur des entreprises et des particuliers qui soustraient aux États des milliards de dollars de recettes fiscales. 

 

Contact: 

Anna Ratcliff - Email: anna.ratcliff@oxfam.org, Mobile: +44 7796993288, Twitter: @ratcliff_anna