Oxfam fait part de son soutien et de sa solidarité envers les personnes affectées par le terrible cyclone Idai au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi

Les dirigeant-e-s des affiliés d’Oxfam du monde entier, qui sommes réuni-e-s cette semaine au Kenya, tenons à faire part de notre solidarité et de notre soutienaux peuples du Mozambique, du Zimbabwe et du Malawi, dont les vies ont été bouleversées par le cyclone Idai. Nos pensées sont tournées vers les familles de celles et ceux qui ont perdu la vie lors de cette tragédie, et vers les 2,6 millions de personnes qui n’ont plus ni moyens de subsistance, ni logement, ni terres. Beaucoup avaient déjà du mal à survivre, du fait d’un accès difficile à l’eau et à l’électricité et d’infrastructures routières fragiles, notamment.
 
Ces inondations ne prédisent rien de bon. Le changement climatique est une réalité contre laquelle nous devons toutes et tous lutter, en nous attelant à renforcer les capacités des personnes les plus vulnérables pour les aider à tenir bon. C’est pourquoi nous collaborons avec d’autres organisations du monde entier pour veiller à ce que les communautés les plus vulnérables, qui contribuent le moins au changement climatique, ne soient pas celles qui en paient le prix fort.
 
Les équipes d’Oxfam collaborent actuellement avec d’autres organisations au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi, afin d’évaluer l’étendue des dégâts et d’apporter une aide qui pourrait sauver de nombreuses vies. Il faudra du temps pour que ces communautés se relèvent de cette catastrophe. Oxfam souhaite les accompagner dans cette épreuve. Nous remercions les organisations et gouvernements qui ont apporté leur soutien aux efforts de sauvetage. Maintenant, nous devons tous redoubler d’efforts pour sauver le plus de personnes possible et leur apporter notre aide.
 
Si les dégâts causés par le cyclone sont énormes, les inondations et les catastrophes sont loin d’être une exception en Afrique australe. Pourtant, l’état de préparation à celles-ci stagne, et des vies en pâtissent inutilement. Nous devons tous faire mieux, et en particulier les gouvernements.
 
Cette tragédie doit nous faire prendre des mesures exemplaires en termes de changement climatique et de préparation aux catastrophes. Nos gouvernements doivent revoir leurs priorités, pour placer plus d’importance sur la résilience de leur population, et surtout celle des femmes et enfants pauvres, qui sont les plus vulnérables. Les vies perdues et la souffrance des peuples touchés par le cyclone Idaine doivent pas faire face à l’indifférence générale.
 
 Conseil de direction d’Oxfam, 2019