Réaction d'Oxfam à l'issue de la conférence de Berlin sur la situation des réfugiés syriens

À la clôture de la conférence de Berlin sur la situation des réfugiés syriens, Andy Baker, qui dirige la réponse d’Oxfam à la crise en Syrie, a déclaré :

« Oxfam se félicite de l’accent mis à Berlin sur l’importance d’aider les pays voisins, mais de belles paroles ne suffiront pas. Les États doivent non seulement veiller à répondre aux besoins humanitaires des réfugiés, mais aussi s’assurer que des enveloppes complètes d’aide économique permettent aux pays voisins de faire face aux graves retombées socioéconomiques de la crise.

« Pris entre les combats incessants et une situation humanitaire effroyable, des millions de Syriennes et Syriens ne pouvaient plus qu’espérer se réfugier dans un pays voisin. La crise des réfugiés atteignant des proportions vertigineuses, même cette option disparaît avec le durcissement des restrictions frontalières imposées par ces pays.

« Dans le cadre de son travail d’aide humanitaire en Jordanie et au Liban, Oxfam voit l’impact sans précédent de la crise sur les infrastructures et les services surchargés des pays. Il est néanmoins essentiel que ceux-ci laissent leurs frontières ouvertes, pour que les civil-e-s puissent avoir un quelconque espoir de fuir les combats. Pour ce faire, ces États ont besoin d’une aide internationale à long terme. » 

Notes aux rédactions: 

Oxfam a appelé les pays riches à réinstaller au moins 180 000 réfugiés vulnérables de Syrie, soit 5 % de la population totale estimée de réfugiés, d’ici à 2016. 

Contact: 

Joelle Bassoul, chargée de relations médias, réponse à la crise en Syrie
 +961-71525218 | jbassoul@oxfam.org.uk 

Pour en savoir plus, suivez @Oxfam_fr