Sommet 2014 sur le climat : les manifestations doivent continuer de résonner dans les oreilles des chefs d’Etat

Aujourd’hui [23 septembre 2014], plus de 120 chefs d’Etat, chefs d’entreprises et représentants de la société civile se sont réunis à New York pour le sommet 2014 sur le climat. Annoncé comme une plateforme pour des engagements internationaux et nationaux d’envergure, le sommet a été le témoin d’annonces variées et limitées, ne permettant pas, seules, d’affronter l’urgence du changement climatique.

En réaction au sommet, Tim Gore déclare : 

« Alors que 500 000 personnes ont manifesté pour demander des actions sur le climat il y a deux jours, ce sommet se conclut avec des engagement partiels et peu structurés. Quelques signaux positifs ont été donnés, mais trop d’annonces manquent de clarté ou sont tout simplement recyclées. Aucun gouvernement ne peut quitter New York avec la satisfaction du devoir accompli. » 

« Oxfam accueille positivement certains nouveaux engagements des gouvernements ou du secteur privé, notamment de nouvelles promesses pour le Fonds vert à hauteur de 1,3 milliard de dollars de la part de la Corée du sud, du Danemark, de la France, du Luxembourg, du Mexique, de la Norvège, de la République Tchèque et de la Suisse. »

« Quatre ans après sa création, le Fonds vert commence enfin à recevoir des promesses de financement, mais les progrès se font à pas comptés. Les regards se tournent désormais vers les Etats-Unis, l’Angleterre, l’Australie, le Canada, le Japon ou la Nouvelle-Zélande qui sont restés silencieux sur le sujet, ainsi que sur les clarifications attendues par ceux qui ont fait des annonces. Au total, les engagements pris à ce jour sur le Fonds vert ne représentent qu’un sixième de la contribution attendue des pays développés.

Plusieurs initiatives ont également été annoncées pour mobiliser des financements privés pour le climat.

Tim Gore ajoute :

« L’intérêt croissant des investisseurs à verdir leurs investissements et à abandonner les énergies fossiles est bienvenu. Toutefois, l’établissement de standards impliquant les pays en développement et les communautés affectées doit devenir une priorité pour éviter que ces flux financiers ne soient de l’éco-blanchiment.

« Les événements extrêmes continuent de détruire des récoltes et de coûter des vies, mettant en danger des millions de personnes. En lui-même, ce sommet ne permettra pas de protéger ces communautés et le futur de nos enfants, mais si les manifestations du week-end continuent de résonner dans les oreilles des chefs d’Etat, ce sommet sera peut-être une étape importante. »

Infographie des promesses de contributions au Fonds vert lors du sommet climat 2014, à New York, pays par pays. Source : Oxfam

Contact: 

Pour toute information complémentaire ou interview, merci de bien vouloir contacter Sue Rooks, chargée média : +1 917 224 0834 / sue.rooks@oxfaminternational.org

Suivez également @Oxfam_fr pour nos dernières infos en français.