Recherche

Crédit: Pablo Tosco/Oxfam
Nous venons en aide aux personnes touchées par des catastrophes et conflits. A tout moment, nos équipes interviennent sur près de 30 opérations d'urgences à travers le monde.
La souffrance humaine ne devrait jamais être un ingrédient de la nourriture que nous consommons. Aidez-nous à révéler ce qui se cache derrière  notre alimentation et passez à l’action !
Saviez-vous qu’en Asie du Sud-Est, certains pêcheurs déclarent rester en mer jusqu’à 14 heures par jour, 27 jours par mois, pour un salaire horaire de 0,50 dollar ? Qu’ils soient pêchés ou cultivés, vendus sur les marchés ou dans les supermarchés, les aliments que nous achetons sont souvent produits aux dépens du bien-être humain. Apprenez-en plus et agissez avec nous !
Summary picture: 
Governance summary
Oxfam International est dotée de deux instances dirigeantes qui se réunissent une fois par an afin d’assurer que le secrétariat d’Oxfam International est en mesure de s’acquitter de son rôle établi dans les plans stratégique et opérationnel et qui en supervisent également le budget.
Le 16 février 2018, nous avons adopté un plan d’action en dix points visant à renforcer les pratiques et politiques d’Oxfam en matière de prévention du harcèlement, de l’exploitation et des abus sexuels et à faire évoluer notre culture organisationnelle. En 2011, Oxfam a commis des erreurs fondamentales en Haïti : l’organisation n’a pas tout mis en œuvre pour prévenir les comportements sexuels répréhensibles ni dûment enquêté sur des faits commis par des membres de notre personnel. Nous sommes navrés de ces manquements à notre devoir de vigilance et ces lacunes dans nos procédures. Chez Oxfam...
Dans leur nouveau rapport « Banques en exil : comment les grandes banques européennes profitent des paradis fiscaux », l’ONG Oxfam et le réseau Fair Finance Guide International livrent une analyse inédite des activités des 20 plus grandes banques de l’Union européenne [1]. Ce rapport démontre qu’elles déclarent 1 euro sur 4 de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, soit un total de 25 milliards d’euros pour l’année 2015. Un montant en déconnexion complète avec la réalité économique de ces territoires, qui ne représentent que 5 % du PIB mondial et 1 % de la population mondiale.

Pages