inégalités

inégalités

A women participates in an Oxfam cash for work program after the Nepal Earthquake

Les femmes et les 1%

L'autonomisation économique des femmes pourrait transformer la vie de nombreuses femmes et soutenir la croissance économique. Pourtant, à moins que les causes des inégalités économiques extrêmes ne soient corrigées rapidement, la majorité des avantages liés à la croissance créée par les femmes reviendront à ceux qui se trouvent déjà en haut de l'échelle économique.
 

Les sept péchés capitaux du G7

Dans la présente note d’information, Oxfam met en avant les sept enjeux majeurs que le G7 doit aborder pour que le sommet de Biarritz ne se solde pas simplement par un beau discours sur la lutte contre les inégalités.
Woman farmer in Ghana. Photo: Nana Kofi Acquah/Oxfam

Pour l’intérêt paysan ?

L'intérêt accru manifesté pour les financements privés ne devrait pas occulter le rôle essentiel des financements publics dans la promotion d’une transformation agricole inclusive qui profite aux paysans et paysannes.

Un G7 pour combattre les inégalités

Dans un monde de plus en plus inégal, faire avancer les droits des femmes est crucial pour atteindre l’agenda 2030. Le G7 de Biarritz est une opportunité pour adopter un engagement historique en faveur d’une approche féministe de l’aide au développement.
The financial district of Dhaka, Bangladesh. Despite economic growth, almost 40 million people in Bangladesh still live below the national poverty line. Photo: GMB Akrash/Oxfam

Indice de l’Engagement à la réduction des inégalités 2018

En 2015, 193 chefs d’État ont promis de réduire les inégalités conformément à l’objectif 10 des ODD (objectifs de développement durable). Cette seconde édition de l’indice de l’Engagement à la réduction des inégalités (ERI) repose sur une nouvelle base d’indicateurs, couvrant désormais 157 pays, qui mesure les actions prises par les États en matière de dépenses sociales, de fiscalité et de droit du travail : trois domaines qui se révèlent essentiels à la réduction de l’écart entre les riches et les pauvres.
L’évasion fiscale des entreprises alimente les inégalités, creusant toujours plus le fossé entre riches et pauvres.

Ordonnance pour la pauvreté

De nouvelles recherches d’Oxfam révèlent que quatre sociétés pharmaceutiques (Abbott, Johnson & Johnson, Merck et Pfizer) dissimulent de façon systématique leurs profits dans des paradis fiscaux à l'étranger, ce qui priverait les pays en développement de plus de 100 millions de dollars chaque année.
Une classe d'informatique à l'école Oneputa, au nord de la Namibie. Le gouvernement namibien est engagé à réduire les inégalités et l'enseignement secondaire est gratuit pour tous les étudiants. Photo: John Hogg / Banque mondiale

Indice de l’Engagement à la réduction des inégalités

Development Finance International et Oxfam viennent d’établir le premier indice qui mesure l’engagement des États à réduire l’écart entre les riches et les pauvres. Cet indice repose sur une nouvelle base de données d’indicateurs, couvrant 152 pays, qui mesure les actions prises par les États en matière de dépenses sociales, de fiscalité et de droits du travail.

Margaret Mumbua, 46, a domestic worker, heading to work from her house in the informal settlement of Mukuru kwa Reuben, Nairobi, Kenya. 2016. Photo: Allan Gichigi/Oxfam

Vanish et les impots s'évanouissent

Ce rapport examine les carences du régime fiscal international qui facilitent l’évasion fiscale de masse. Il se penche sur l’exemple d’une multinationale, qui, d'après Oxfam, ne paie pas sa juste part d’impôt au niveau international.

Pages

Subscribe to RSS - inégalités