inégalités extrêmes

inégalités extrêmes

Partager la richesse avec celles et ceux qui la créent

Partout dans le monde, le travail mal rémunéré d’une multitude de personnes alimente l’extrême richesse d’une petite minorité. Les États doivent créer une société plus équitable en privilégiant la main-d'œuvre ordinaire et les petits producteurs et petites productrices de denrées alimentaires, et non les riches et les puissant-e-s.

Sulemana est enseignante au Ghana. « Lorsque je suis arrivée dans cette communauté, j’ai constaté que les parents ne souhaitent pas scolariser leurs enfants, surtout les filles. Ils estiment que leur place est dans une cuisine ». Photo: Jacob Stærk

Ces héroïnes du service public qui connaissent le vrai coût des inégalités

Dans trop de pays, l’éducation et la santé sont un luxe que seuls les plus riches peuvent se permettre. Les enseignantes et les professionnelles de santé comme Nellie et Dorra consacrent leur vie à des services publics de qualité qui bénéficient aux populations les plus pauvres. Et luttent chaque jour contre les inégalités.

Services publics ou fortunes privées ?

Nous devons transformer nos économies pour garantir l’universalité de l’accès à la santé, à l’éducation et à d’autres services publics. Pour cela, les entreprises et les plus riches doivent payer leur juste part d'impôts. Cela permettra de réduire considérablement l’écart entre les riches et les pauvres et entre les femmes et les hommes.

Huit hommes possèdent autant que la moitié de la population mondiale

Selon le rapport « Une économie au service des 99 % », publié aujourd’hui par Oxfam à l’occasion de la rencontre annuelle de l’élite politique et économique à Davos, l’écart entre les riches et les pauvres est beaucoup plus important qu’on ne le craignait. Il illustre en détail comment les grandes entreprises et les plus fortunés alimentent la crise des inégalités en éludant l’impôt, en réduisant les salaires et en utilisant leur pouvoir pour influencer la politique.

The Shining Mothers from Kenya are doing their bit to demand an economy that works for everyone, not just the few.

Une économie au service des 99%

La croissance profite aux plus riches. D’après les dernières estimations, seuls huit hommes détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Notre système économique doit cesser de profiter abusivement à une élite pour se mettre au service du plus grand nombre.

Comme Chhatiya, 60 millions d'Indiens basculent chaque année dans la pauvreté pour financer leurs soins de santé. Les niveaux de dépenses publiques pour la santé en Inde sont parmi les plus faibles dans le monde. Photo: Atul Loke, Panos/Oxfam

Cinq faits choquants sur les inégalités extrêmes: aidez-nous à redistribuer les cartes

Notre système économique défaillant creuse l’écart entre les riches et les pauvres. Il permet à une petite élite d’accumuler d’immenses richesses, tandis que des centaines de millions de personnes peinent à survivre avec un salaire de misère. Découvrez, en quelques chiffres chocs, l'ampleur de ces inégalités et agissez avec nous maintenant.

L’enseignement gratuit est l’une des armes les plus puissantes dans la lutte contre les inégalités. Il bénéficie à tous les membres de la société, mais en particulier aux jeunes les plus pauvres. Photo: Dustin Barter/Oxfam

Soutenir les jeunes, la clé pour mettre fin à la pauvreté

Tout comme l’écart entre les riches et les pauvres, les inégalités entre les générations ont crû à un rythme alarmant. En dépit de leur nombre et de leur potentiel, les jeunes continuent d’être politiquement et culturellement marginalisés, alors qu'ils pourraient être la clé pour trouver des solutions aux défis de la pauvreté.

asia at a crossroads

L'Asie à la croisée des chemins

Les inégalités croissantes constituent une terrible menace au maintien de la prospérité en Asie, où quelque 500 millions de personnes sont engluées dans la pauvreté extrême, dont une majorité de femmes et de filles. 

Pages

Subscribe to RSS - inégalités extrêmes