Crise au Soudan du Sud

Des femmes recueillent de l'eau au Soudan du Sud
Une groupe de femmes recueille de l'eau au Mingkaman, Soudan du Sud. Photo: Kieran Doherty

Des millions de Sud-Soudanais déplacés par le conflit se retrouvent sans eau potable, nourriture, ni accès à un moyen de subsistance. Au Soudan du Sud et dans les pays voisins, nous apportons une aide vitale aux femmes, hommes et enfants touchés par le conflit. 

La situation

Après des dizaines d’années de conflit, le Soudan du Sud est officiellement devenu un État indépendant en juillet 2011. Tous les espoirs semblaient alors permis : beaucoup ont cru à une croissance et à une paix durable dans ce pays pour lequel ils s’étaient tellement battus.

Malheureusement, à la mi-décembre 2013, un conflit a éclaté à Djouba, qui a rapidement dégénéré en crise politique et ethnique d’envergure nationale.

Depuis, environ 1,5 million de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays et plus de 700 000 se sont réfugiées en Éthiopie, au Kenya, au Soudan et en Ouganda. Suite à ces déplacements forcés, nombre de familles se sont retrouvées sans vivres ni moyens de s’en procurer.

  • Actuellement, 2,4 millions de personnes se trouvent en situation de grave insécurité alimentaire dans les États touchés par le conflit, soit une augmentation de 60% par rapport au mois de décembre 2014.
  • 235 000 enfants souffrent de malnutrition aiguë sévère.
  • Plus de 55 % de la population sud-soudanaise n’a pas accès à l’eau potable. Le pays a récemment fait face à une épidémie de choléra et la crise n’est pas terminée.
  • Les prix des biens de première nécessité explosent et les marchés sont fortement perturbés par le conflit.

L’action d’Oxfam

Nous nous employons à améliorer l’approvisionnement en eau potable, la santé publique et les moyens de subsistance. En collaboration avec nos partenaires, nous travaillons également à la consolidation de la paix et sur des questions de gouvernance. Parvenir à fournir cette aide vitale aux populations sans exposer nos personnels et nos partenaires à de graves risques représente toutefois un véritable défi.

Nous apportons une assistance humanitaire à plus de 700 000 personnes sous diverses formes : eau potable, équipements sanitaires, vivres, énergie et aides aux revenus. 350 000 d’entre elles ont reçu de l’eau potable et ont été informées des bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement, afin de prévenir la propagation du choléra et d’autres maladies redoutables. Les 340 000 autres ont reçu soit des vivres, soit un soutien pour renforcer leurs moyens de subsistance.

  • Nous coordonnons des distributions alimentaires mensuelles pour les personnes déplacées par le conflit, ainsi que les communautés qui les accueillent.
  • Nous nous employons à prévenir la propagation de maladies en améliorant les conditions hygiéniques et sanitaires dans les camps par la construction de latrines.
  • Nous distribuons des semences et des outils agricoles aux communautés déplacées pour qu’elles puissent cultiver des légumes.
  • Jusqu’à présent, nous avons porté assistance à plus de 350 000 personnes dans le cadre de programmes à long terme visant à renforcer la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance et comprenant des activités de soutien à l’agriculture, la consolidation de la paix, la gouvernance et la société civile.
  • Nous avons également aidé plus de 100 000 réfugiés sud-soudanais en Éthiopie et 145 000 en Ouganda.

Oxfam est active dans le sud du Soudan depuis 1983. Nous y apportons une aide humanitaire aux victimes des violences armées, de la sécheresse et des inondations, mais apportons également une aide au développement à long terme aux communautés les plus vulnérables.

Mise à jour : 10 décembre 2015