Assez de promesses non-tenues, les Afghans veulent des actions concrètes désormais

“Les Afghans veulent du travail. Ils veulent se sentir en sécurité quand ils marchent dans la rue. Ils veulent des médecins dans leurs hôpitaux et de bons professeurs dans leurs écoles.”
Ashley Jackson
Responsable de plaidoyer d'Oxfam en Afghanistan
Publié le : 19 juillet 2010

La conférence de Kaboul qui s'ouvre le 20 juillet doit être un moment décisif et non une nouvelle perte de temps, explique la confédération internationale Oxfam à la veille de l'évènement.

La réunion de demain est la 9e conférence internationale sur l'Afghanistan en presque autant d'années. Dans une nouvelle note d'information, publiée aujourd'hui, Oxfam souligne que lors des précédentes conférences, de nombreuses promesses ont été faites mais très peu ont été tenues.

Oxfam demande aujourd'hui aux dirigeants mondiaux présents à la conférence de Kaboul de s'attaquer aux causes responsables des crises de développement et humanitaires qui frappent l'Afghanistan et d'aider le peuple afghan à s'extraire de la pauvreté.

Alors que plus de 40 milliards de dollars ont été dépensés pour l'aide en Afghanistan ces neuf dernières années, des millions d'Afghans vivent toujours dans la pauvreté. L'insécurité n'a jamais été aussi élevée depuis la chute des Talibans et les bailleurs de fonds voient de plus en plus à court terme et favorisent les approches militaires. Les Etats-Unis, par exemple, ont considérablement réduit le financement de leurs activités humanitaires, alors que le budget américain pour les activités censées conquérir « les cœurs et les esprits » a augmenté de plus de 2 500%.

Pour Ashley Jackson, responsable de plaidoyer d'Oxfam en Afghanistan, « de nombreux Afghans en ont assez des conférences pendant lesquelles des ministres du monde entier débattent sur l'avenir de leur pays pour finalement n'aboutir à aucun changement concret. Les Afghans veulent du travail. Ils veulent se sentir en sécurité quand ils marchent dans la rue. Ils veulent des médecins dans leurs hôpitaux et de bons professeurs dans leurs écoles. C'est maintenant qu'il faut agir – assez de promesses non-tenues et de rhétorique. Les besoins du peuple afghan doivent être une priorité ».

La note d'information, intitulée « Promises, Promises » , explique que les Afghans sont de plus en plus en première ligne du conflit. Selon l'ONU, le pays compte aujourd'hui plus d'un assassinat de chefs de communauté, de fonctionnaires ou autres civils par jour.

Alors que de nombreux Afghans attendent désespérément la paix, les plans de réintégration actuels sont vraisemblablement au bas d'une longue liste de solutions rapides. Le programme, qui doit être approuvé à la conférence de Kaboul, fait à peine référence à la manière dont les véritables réclamations seront traitées et nombreux sont ceux qui craignent que ces plans accorderont l'impunité sans prendre en considération les crimes du passé.

La communauté internationale parle de voir un « nouveau contrat social » se développer entre le gouvernement afghan et son peuple. Mais Oxfam craint que le peuple afghan ne reste en marge et non au centre de ce nouveau contrat.

« Organiser une nouvelle conférence d'une journée ne va pas résoudre les problèmes qui touchent depuis longtemps l'Afghanistan. Cela donne l'impression d'agir, mais c'est en réalité ce qui se passe après la conférence qui est le plus important. Nous sommes profondément inquiets de voir que trop de pays ayant des troupes en Afghanistan cherchent à fuir plutôt que de s'attaquer aux causes réelles du conflit et de la pauvreté », ajoute Ashley Jackson.

Alors que de nombreux Afghans expliquent qu'ils souhaitent que l'éradication de la corruption soit considérée comme une urgente priorité, pas un seul membre du gouvernement n'a été mis en examen ni jugé pour corruption jusqu'à présent.

Un homme d'affaires afghan a déclaré : « Les donateurs devraient surveiller chaque centime afin que le gouvernement ne s'en tire pas à si bon compte avec la corruption ».

En savoir plus

Téléchargez la note (en anglais) : « Promises, Promises: A briefing paper for the Kabul Conference on Afghanistan »

Agissez : Rejoignez notre pétition vocale « Les Afghans d’abord »

Le travail d'Oxfam en Afghanistan

Notes aux rédactions

  1. Propos extraits des interviews d’Afghans réalisées en mai et juin 2010 :
    • Un journaliste afghan a déclaré : « Nous avons eu neuf conférences. Nous savons ce que sera le discours de Karzaï. Nous savons comment les donateurs agiront. Et nous savons que rien n’en découlera. Où est l’action sur le terrain ? Que valent ces promesses ? »
    • Un fonctionnaire afghan a déclaré : « Regardez les conférences précédentes et les problèmes qu’elles étaient supposées aborder, mais en vain : les structures politiques et la faible capacité civile et militaire. Nous avons besoin de solutions concrètes et la communauté internationale doit être forte. Elle doit fixer des objectifs réalistes et s’assurer qu’ils sont atteints. »
    • Un employé de l’ONU a déclaré : « On a l’impression que la communauté internationale a établi une liste de choses à faire autour de l’ensemble des promesses prises lors de la conférence de Londres et se contente de cocher les différentes cases en s’assurant qu’elle pourra justifier d’une action entreprise. Mais on ne se demande pas si ces objectifs sont les bons, à quel point ces soi-disant réformes fonctionnent ou si cela entraine vraiment les résultats souhaités. »
  2. Oxfam a commencé à travailler en Afghanistan en 1962 et travaille dans 20 des 34 provinces du pays, directement avec les communautés et les partenaires locaux sur des programmes tels que l'eau et les travaux d'assainissement ; la promotion de la santé ; la génération de revenus ; la consolidation de la paix, les droits des femmes et la résolution des conflits.

Contacts

Pour plus de renseignements ou pour organiser une interview avec Ashley Jackson, veuillez contacter :

En savoir plus sur :