Cyclone Idai au Mozambique, Zimbabwe et Malawi

Malita, 35 ans, dans le camp de Bangula, au sud du Malawi. Lorsque le cyclone Idai a traversé le Mozambique, elle s’est réfugiée en haut d’un arbre avec ses trois enfants. Elle y restée deux jours avant d’être secourue. Photo: Philip Hatcher-Moore/Oxfam
Malita, 35 ans, dans le camp de Bangula, au sud du Malawi. Lorsque le cyclone Idai a traversé le Mozambique, elle s’est réfugiée en haut d’un arbre avec ses trois enfants. Elle y restée deux jours avant d’être secourue. Photo: Philip Hatcher-Moore/Oxfam
Oxfam a lancé une intervention d’urgence à la suite des ravages du cyclone Idai, qui a frappé l’Afrique australe et dévasté le Malawi, le Mozambique et le Zimbabwe. Plus de deux millions ont été plongées dans le dénuement le plus complet, tandis que le Nord du Mozambique vient d'être frappé par une seconde catastrophe, le cyclone Kenneth. Faites un don dès aujourd’hui et aidez-nous à sauver des vies.

Dans la nuit du 14 au 15 mars, le cyclone Idai a touché terre à Beira, ville portuaire du Mozambique, avec des rafales allant jusqu'à 175 km/h et de fortes pluies. Décrit par l’ONU comme l’une des pires catastrophes climatiques en Afrique, il a causé des dégâts considérables et dévasté la vie de plus de 2,6 millions de personnes au Mozambique, au Malawi et au Zimbabwe.

Le nord du Mozambique a été frappé par une deuxième catastrophe, le cyclone Kenneth, qui s'accompagne actuellement de pluies torrentielles dans le nord du pays. Provoquant des inondations soudaines et des débordements de rivières, ainsi que de potentiels glissements de terrain, il met en danger la vie de 160 000 personnes et représente un coup dur pour le pays, six semaines à peine après le passage du cyclone Idai.

Une propagation alarmante du choléra

En raison de l’ampleur des inondations, des maisons, des hôpitaux, des écoles, des fermes et des terres agricoles ont été entièrement détruits, des ponts se sont effondrés et de nombreuses routes sont aujourd’hui impraticables. Des milliers de personnes sont toujours bloquées dans des zones inaccessibles et ne peuvent être secourues que par hélicoptère ou par bateau.

Le cyclone Idai a entraîné le déplacement de centaines de milliers de personnes qui ont perdu leur logement. Elles ont été rassemblées dans des camps de transit, sans eau ni installations sanitaires, augmentant le risque de développement des maladies. La menace d’une épidémie de choléra est élevée. Il se propage actuellement au Mozambique, avec plus de 6500 cas recensés.

L'action humanitaire d’Oxfam

En dépit de grandes difficultés d’accès et de logistique, les équipes d’Oxfam travaillent jour et nuit pour évaluer les besoins et apporter une assistance aux personnes les plus touchées.

En collaboration avec nos partenaires locaux, nous prévoyons de venir en aide à 450 000 personnes dans les trois pays, en leur fournissant de l’eau potable, des installations sanitaires, de la nourriture et des abris d’urgence.

Nous travaillons à prévenir la propagation de maladies mortelles telles que le choléra et la malaria, par le biais d’activités comprenant :

  • l’approvisionnement des communautés en eau potable par camion
  • la fourniture de latrines provisoires et de points de lavage des mains
  • la distribution de seaux, de containers d’eau et de kits d’hygiène
  • la formation de bénévoles pour informer les communautés et améliorer les pratiques d’hygiène

Votre soutien est crucial

Cette action doit être menée plus rapidement et à plus grande échelle. Notre priorité est d’atteindre par tous les moyens possibles les communautés qui se trouvent dans les zones les plus difficiles d’accès. Des vies sont encore en danger et nous devons agir maintenant.