Rejoignez la communauté #monclimatmonavenir

Nurjahan (45) collecting wood to sell for food after cyclone Bulbul. Gabura, Shamnagar. Photo: Fabeha Monir/Oxfam

La crise climatique est une triste réalité qui se déroule en ce moment même. Elle a déjà anéanti la vie de millions de personnes dans le monde. Ses effets dévastateurs se font sentir chaque jour. Mais les répercussions ne sont pas les mêmes pour tou-te-s. Les plus riches pillent la planète et polluent tout en s’enrichissant, tandis que les populations pauvres, qui ont le moins contribué à cette crise, sont les plus touchées. Discriminées, les femmes paient souvent le prix le plus élevé. Les jeunes de toute la planète se voient dérober leur avenir.

Nous pouvons et devons changer la donne

Les mouvements lancés par des citoyen-ne-s ordinaires peuvent changer le cours de l’histoire. Aujourd’hui, les gens s’unissent pour s’attaquer à la crise climatique mondiale. Il faut agir dès maintenant et et chacun-e d’entre nous a un rôle à jouer.

Le mouvement mondial #monclimatmonavenir lutte contre cette injustice – et chaque personne, chaque organisation peut y contribuer. Oxfam se mobilise également dans le cadre de ce mouvement en faveur du climat. Avec l’aide de millions de sympathisant-e-s dans le monde entier, nous sauvons déjà des vies en première ligne de la crise climatique et nous faisons pression sur les gouvernements pour qu’ils se mobilisent.

Aujourd’hui, nous voulons faire équipe avec VOUS

Nous exigeons des réductions d’émissions de gaz à effet de serre plus rapides et plus équitables dès maintenant, plutôt que de vagues promesses pour l’avenir. Nous exigeons des mesures de soutien adéquates pour les personnes le plus durement touchées par la crise climatique, ainsi qu’un système économique radicalement différent, qui protège tant les gens que la planète.

Ensemble, nous pouvons lutter contre la crise climatique. Ensemble, nous pouvons exiger des politicien-ne-s influent-e-s et des grandes entreprises qu’ils/elles en fassent de même. Rejoignez-nous dès maintenant.

 

Photo haut de page: Fabeha Monir/Oxfam