Rapport du GIEC concernant les terres et le changement climatique 

 

En réponse à la publication du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat concernant les terres et le changement climatique, Aditi Sen, conseillère d’Oxfam en politique climatique a déclaré :

 

« Les terres sont au cœur de la lutte contre la crise climatique et la faim. L’agriculture industrielle, la déforestation et l’augmentation des chocs climatiques détruisent les terres dont nous dépendons pour nous nourrir et les personnes les plus pauvres sont les plus durement touchées.

 

Nous devons mettre un terme à l’agriculture industrielle néfaste et investir dans des approches agro-écologiques qui stockent le carbone, améliorent la santé des sols et augmentent les rendements. Les gouvernements doivent aussi investir dans l’agriculture paysanne et familiale et faire valoir les droits des personnes concernant leurs terres et forêts, afin que les communautés pauvres qui sont en première ligne de la crise climatique soient désormais en mesure de se nourrir.

 

« Les responsables politiques doivent avoir pour objectif l’éradication de la faim et des émissions. Elles/ils doivent par conséquent rejeter les fausses solutions qui détournent les terres de la culture d’aliments en faveur de cultures et d’arbres destinés à la production d’énergie et à la capture du carbone. »

 

Notes aux rédactions: 

 

Des études de cas sont disponibles, notamment les suivantes :

 

La corne de l’Afrique: On estime que 7,6 millions de personnes souffrent de la faim dans la corne de l’Afrique en raison de la sécheresse persistante. Des pluies insuffisantes et consécutives ont détruit les récoltes et les moyens de subsistance de la population locale. La situation est exacerbée puisque des millions de personnes ont été contraintes de fuir la sécheresse et le conflit en cours. https://wordsandpictures.oxfam.org.uk/pages/search.php?search=%21collection37883&k=8b48af58a9

 

Cambodge : La production de riz est la plus grande source d’emplois et de revenus pour les populations rurales dans le monde. Le riz représente la denrée alimentaire de base pour au moins la moitié de la population mondiale. Sa production contribue considérablement à la crise climatique. La moitié des émissions de méthane, l’un des gaz à effet de serre les plus puissants, provient du bétail et des champs de riz. Le Système d’intensification du riz (SIR) est une manière de gérer les plantes, les sols, l’eau et les nutriments qui permet de produire plus de riz en utilisant moins d’eau, de produits chimiques et de semences. Ce système réduit considérablement les émissions de méthane. Plus d’1,5 million de paysans et paysannes au sein de groupes soutenus par les partenaires d’Oxfam au Cambodge, au Sri Lanka et au Viêt-Nam, ont bénéficié du SIR. 

https://wordsandpictures.oxfamnovib.nl/pages/search.php?search=%21collection1938&k=566d53902c

 

Contact: 

 

Anna Ratcliff: +44 7796993288 / anna.ratcliff@oxfam.org

 

Lisa Rutherford: + 44 7917 791836 / lrutherford@oxfam.org.uk

 

@oxfam